La tension est retombée entre le ministère en charge des Sports et le sélectionneur national. Les choses sont définitivement rentrées dans l’ordre le 28 février 2019, avec la signature, par Daniel Cousin, de son contrat.

Poignée de mains entre Daniel Cousin et le ministre des Sports à l’issue de la signature de son contrat, le 28 février 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

Moment de la signature. © Gabonreview

Alors que trois semaines séparent désormais les Panthères du Gabon du dernier match qualificatif pour la Coupe d’Afrique des Nations (Can) 2019 en Égypte, qui les oppose au Burundi, le ministère des Sports a voulu aplanir toutes les zones d’ombre. Daniel Cousin a signé ce 28 février 2019 le contrat qui le lie à l’équipe nationale de football, via la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) et sous la supervision du ministre des Sports, Alain-Claude Bilie-By-Nze. Lors de la signature de ce document dont les termes sont tenus secrets par les deux parties,  Alain-Claude Bilie-By-Nze a rappelé aux uns et aux autres que ce qui les lie désormais. «Ce qui nous lie c’est le Gabon, c’est l’intérêt du Gabon. Faire en sorte que le fanion du Gabon soit porté le plus haut possible. Et pour y parvenir, nous avons la responsabilité première d’organiser la sérénité autour de l’équipe nationale de football, Les Panthères du Gabon.  C’est une équipe, et chacun a pu se rendre compte à quel point les Gabonais y tiennent particulièrement, peu importent les contre-performances, les déceptions qu’on peut éprouver, chaque rendez-vous est un nouvel engagement qui unit les Gabonais».

Si seul Daniel Cousin a obtenu un contrat, le responsable du département des sports a précisé que son adjoint, Zita Banagoye, et le manager général de l’équipe, François Amégasse, apposeront leur signature sur les leurs dans les prochaines heures, au plus tard demain matin.

Maintenant que le contrat a été signé, «nous attendons à ce que notre équipe aille le plus loin possible», a dit le ministre des Sports, notamment pour l’expédition au Burundi. C’est «un match capital, un match décisif, couperet puisqu’il n’y a qu’une seule option possible ; c’est gagner». «Nous avons pensé qu’il faut effectivement réunir toutes les conditions pour que celui qui a la responsabilité d’encadrer, de composer et d’accompagner la sélection soit mis dans de meilleures conditions possible», a-t-il dit, ajoutant que la seconde échéance «c’est qu’en cas de qualification, il faut aller le plus loin possible dans cette compétition. C’est-à-dire faire mieux que la performance jamais réalisée par notre équipe».

Le président de la Fegafoot, Pierre-Alain Mounguengui, a indiqué qu’il faut désormais faire en sorte que les objectifs soient atteints et qu’au soir du 23 mars, le Gabon se projette vers la Can. Chose promise par le sélectionneur Daniel Cousin qui entend «redonner une image positive à cette équipe qui est l’une des meilleurs d’Afrique».

 
 

3 Commentaires

  1. onero dit :

    BILIE BI NZE alias “le perroquet national ” , vous faites honte à l’administration Gabonaise…Pour en arriver à un simple contrat il fallait que Cousin crie .Vous êtes excusez car c’est c’est le propre du pays : ne pas respecter les engagements . Nguebeee !

  2. diogene dit :

    Comme quoi c’est en mettant le couteau sous la gorge des fantoches du pouvoir qu’on obtient gain de cause. Mais les rancuniers sont pléthore chez les débiles en charge de l’état. Monsieur Cousin doit être vigilent dans l’avenir.

    Les contrats secrets sont des contrats honteux!
    La transparence est bannie du Bongoland où les arrangements d’arrière boutiques sont légions.

    Quant à la sérénité autour de l’équipe, le mieux eut été pour la préserver de signer des contrats dès les premiers jours, comme tout le monde le fait sur cette planète hormis sous les soleils des dictatures.

    Enfin, en ce qui concerne les résultats,avec des joueurs qui voient leurs familles quotidiennement dans la souffrance, je crains qu’ils manquent de souffle et de jambes et de motivations…

  3. moundounga dit :

    Bjr. Ce ne sera pas bon. Dommage !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW