Évoluant dans les basses sphères du football français, Jim Allevinah souhaite réaliser un saut qualitatif. L’ailier polyvalent de Puy-en-Velay (4e division française) souhaite rejoindre le monde professionnel, où il a déjà été contacté par plusieurs clubs.

Jim Allevinah (premier plan) rêve de signer son premier contrat professionnel. © D.R.

 

Grosse surprise du dernier rassemblement de Daniel Cousin à la tête des Panthères du Gabon, Jim Allevinah rêve d’accéder au monde professionnel. Sociétaire de Puy-en-Velay (4e division française) depuis l’été 2018, l’ailier polyvalent est capable de jouer à droite ou à gauche.

«Je suis un ailier rapide, mon rôle c’est d’amener des occasions. J’aime bien dribbler, déborder et centrer (…) Je suis droitier, mais mon pied gauche n’est pas malade (rires). Quand tu joues faux pied, tu as plus tendance à aller dans l’axe, mais moi j’aime bien feinter de rentrer et centrer», a confié Jim Allevinah à ultimodiez.fr.

Pour espérer franchir le palier qui pourrait le mener vers les divisions professionnelles, le joueur de 24 ans est conscient qu’il doit cependant gommer certaines lacunes dans son jeu. Notamment au niveau de la finition. «Je ne suis qu’à deux buts marqués en championnat. Je sais que je dois progresser sur la finition et le placement, mais paradoxalement je fais plus de différences que l’année dernière», a-t-il affirmé.

Une carence qui n’a pas empêché Daniel Cousin de le sélectionner pour l’ultime match des qualifications de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2019 face au Burundi, en mars dernier. Intéressant pour sa première sélection et à l’origine du but contre son camp adverse (1-1), l’attaquant a fait l’objet d’offres. «Oui, il y a des contacts, il y en avait même avant la sélection et depuis il y a de nouveaux prétendants», a confirmé Jim Allevinah.

Selon certaines sources, Clermont Foot 63 (D2 française) aurait d’ores et déjà fait une offre ferme de 25 000 euros (16,3 millions de francs CFA) et proposé un contrat de trois ans à l’international gabonais. Toutefois, le joueur garde la tête sur les épaules. «Tant que les choses ne sont pas faites, je reste prudent. Les contacts ce n’est rien, j’en ai depuis plusieurs années et ça n’a pas abouti. Pour l’instant, je suis bien au Puy, mais je ne cache à personne que je veux rejoindre le monde pro. Donc si j’ai l’opportunité, j’irai», a conclu Jim Allevinah.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW