Domaine fascinant et en pleine expansion, l’intelligence artificielle fait l’objet d’ateliers de sensibilisation à Libreville. Le lancement des activités a eu lieu le 26 novembre, à Libreville, à l’initiative de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

Domaine fascinant et en pleine expansion, l’intelligence artificielle fait l’objet d’ateliers de sensibilisation à Libreville, les 26 et 27 novembre 2019 à Libreville. © D.R.

 

Les progrès ont été spectaculaires ces dernières années en matière d’intelligence artificielle (IA). C’est pour promouvoir ce «nouvel outil» et se questionner sur les problèmes d’éthique générés par ses applications que l’Unesco organise, du 26 au 27 novembre, à Libreville, deux ateliers consacrés à la «sensibilisation à l’intelligence artificielle et aux questions d’éthique».

L’initiative de cette agence des Nations unies à s’inscrit dans la droite ligne du projet «Intelligence artificielle vers une approche humaniste» lancé au niveau mondial dans le but de sensibiliser multi acteurs sur l’IA. Dans ce sens, selon les organisateurs, «les ateliers de la capitale gabonaise, permettront de traiter des enjeux en veillant à promouvoir et à maximiser le potentiel de l’IA en tant que levier de développement. Mais aussi, à mettre en garde les politiques publiques sur l’usage de l’IA».

En notant qu’«ordinateurs et robots sont capables d’apprendre et d’améliorer leur travail et même de prendre des décisions, ce qui se fait bien entendu par le truchement d’un algorithme et sans conscience individuelle», le chef du Bureau, représentant l’Unesco au Gabon, Vincenzo Fazzino, souligne qu’on ne peut manquer de se poser des questions. «Est-ce qu’une machine peut penser ? De quoi est capable l’IA au stade de son évolution ? Jusqu’où va son autonomie ? Qu’en est-il de la décision humaine ?», a-t-il interrogé.

Toutefois, a-t-il souligné, «plus qu’une quatrième révolution industrielle, l’IA est en train de provoquer une révolution culturelle». «Elle est indéniablement appelé à transformer notre futur, mais nous ne savons pas encore de quelle façon. C’est pourquoi elle fascine et effraie», a-t-déclaré.

Pendant ces deux jours, les participants évoqueront plusieurs problématiques dont les questions d’éthique que l’IA soulève et qui ne manqueront pas de se poser demain. Les experts vont donc réfléchir sur les moyens d’encadrer le développement de l’IA par un certain nombre de grands principes. Ils se pencheront sur tous les sujets qu’ils estimeront nécessaires liés, par exemple, à la diversité culturelle ou de genre, ou encore à la diffusion des savoir et technologies.

Au terme de ces assises, outre la promotion de l’IA, l’encouragement de la coopération régionale africaine et la promotion d’un cadre éthique pour l’IA au Gabon, les participants devraient créer «un Forum gabonais des associations d’intelligence artificielle».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW