En raison de l’insuffisance de son budget, l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (Aninf) connaîtrait une baisse de 80% dans son fonctionnement depuis plus de trois ans. Alex-Bernard Bongo Ondimba sollicite plus d’argent pour la boîte dont il a la charge.

L’Aninf tourne au relenti depuis 2015, faute d’argent. © Primature-Gabon

 

Moment de la rencontre avec le Premier ministre, le 13 mars 2019. © Primature-Gabon

Pour se voir payer leurs bonifications et verser intégralement leurs cotisations à la CNSS et à la CNAMGS, les agents ont dû initier plus d’une grève ces dernières années à l’Aninf. La preuve que la structure chargée de mettre en œuvre la politique numérique du gouvernement ne se porte pas aussi bien qu’elle le laisse paraître. En réalité, elle manque d’argent. Et cette situation impacterait gravement son fonctionnement. Face au Premier ministre, le 13 mars, Alex-Bernard Bongo Ondimba n’a pas caché les difficultés vécues par la structure dont il a la charge.

Selon le directeur général, ces trois dernières années, l’Aninf a subi «une baisse de 80% [de] son fonctionnement». La cause : depuis 2015, l’Agence ne jouit plus de dotations budgétaires en investissement, rapporte la Primature, qui dit comprendre que cette situation «freine considérablement ses activités». Aussi, Alex-Bernard Bongo Ondimba n’a-t-il pas manqué l’occasion pour solliciter des financements supplémentaires pour sa structure, afin de lui permettre de remplir ses missions.

Si aucun chiffre n’a été communiqué, Julien Nkoghe Bekale ne s’est pas moins engagé à soutenir davantage l’Aninf pour l’importance que cette structure revêt, notamment pour la matérialisation du «Gabon numérique». Mieux, dans le cadre de sa nouvelle politique de rationalisation de la dépense publique, chef du gouvernement considère l’Aninf comme un des outils les essentiels. «C’est pour cette raison que [l’Agence] ne sera nullement impactée par la campagne actuelle de suppressions des entités publiques en vue de réaliser des économies à l’État. Le gouvernement mettra à la disposition de l’Aninf des budgets appropriés», a promis le Premier ministre, tout en exhortant la structure à «s’adapter au contexte difficile et optimiser ses processus».

 
 

1 Commentaire

  1. diogene dit :

    20% d’efficacité, comme Ali quoi…Tel père , tel fils.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW