Tombé, le 16 février, dans les eaux du port d’Owendo, le container de marchandises provenant d’Europe a  finalement été retrouvé et extrait de l’eau le 20 avril par les autorités portuaires, après plusieurs semaines de recherches infructueuses.

Le container de marchandises après son extraction de l’eau, le 20 avril 2019. © Gabonreview

 

Disparu le 16 février au port d’Owendo, le container de  marchandises a été retrouvé et extrait le 20 avril par les autorités portuaires. Selon Judicaël Romaric Ebinda Ngougha, commandant adjoint du port, le container d’une longueur de 40 pieds avait disparu aux environs de 17h 45. En raison d’une forte pluie ce jour-là, l’un des engins d’élevage s’était déplacé et avait percuté plusieurs containers et l’un d’eux était alors tombé dans les eaux. Le 20 avril dernier, après plusieurs semaines de recherche, il a été remonté des eaux du port en eau profonde

Pour rappel, informée de l’incident le jour où il s’est produit, l’autorité portuaire avait immédiatement saisi son adjoint et instruit ce dernier de la mise en place d’un comité de sécurité et de l’organisation des opérations d’extraction. Malheureusement, ce jour-là après la pluie, les pompiers n’avaient pu plongé, en raison de forts courants et de la tombée de la nuit. Le lendemain, une réunion d’urgence a été organisée entre le comité de sécurité, Gabon port management (GPM), Owendo Container Terminal (OCT), l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) et les sapeurs-pompiers afin de trouver une solution.

Au sortir de cette réunion, une série d’opération de recherches ont été menées par les sapeurs-pompiers et un plongeur professionnel commis pour la circonstance. La marine nationale française avait été également mise à contribution. En dépit de ce dispositif, les recherches se sont malheureusement révélées infructueuses. Déterminées à retrouver le container, les autorités portuaires ont recouru à la technique d’échosondeurs et à la recherche par la drague américaine. Ces deux techniques se sont également révélées infructueuses.

Après des semaines de recherches intensives  infructueuses, les autorités portuaires en sont arrivées à la conclusion que le container ne présentait désormais aucun danger pour la navigation, tant sur le bassin d’eau où il était tombé que sur le chenal. La réouverture du port avait ainsi été décidée. Bien entendu, des consignes avaient été données aux pilotes, leur demandant de signaler, le cas échéant, tout objet qu’ils apercevraient sous l’eau. Le 20 avril aux environs de midi, l’un des pilotes de service a aperçu le container «entre le huitième et le neuvième bollard». Le directeur général de l’Oprag a été immédiatement saisi qui a instruit ses collaborateurs de la prise de toutes les mesures afin d’extraire des eaux la masse recherchée.

En présence  donc des représentants de GPM, STCG, le consignateur de la marchandise, les recherches ont débuté. Celles-ci ont consisté ont  d’abord à identifier et confirmer la présence du container par un plongeur. S’en est suivie après quoi la pose de bouée sur le container, afin de ne pas le perdre de vue, même en cas de déplacement. Une saisie du container a ensuite été effectuée en faisant descendre des logues, par une grue, pour verrouiller le container avant de l’extraire de l’eau en toute sécurité.

L’opération d’extraction du container s’est achevée à 17h52. Bien qu’il ne présentait plus de danger ou d’obstacle à la navigation, cette opération a définitivement installé la quiétude. Avant son ouverture, une séance de travail est prévue le 23 avril entre les autorités portuaires, les administrations compétentes en la matière et le consignateur de la marchandise.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW