En visite, jeudi, à l’Institut africain d’informatique (IAI), le ministre en charge de l’Économie numérique en est sorti déçu et choqué par l’état de délabrement avancé des locaux de cet établissement auquel il promet de redonner son lustre d’antan.

Guy-Maixent Mamiaka, en visite à IAI, le 14 février 2019. Guy-Maixent Mamiaka, en visite à IAI, le 14 février 2019. © D.R.

 

Moment de la séance de travail. © D.R.

Deux semaines après le dernier conseil d’administration de l’IAI tenu à Libreville le 30 janvier dernier, Guy-Maixent Mamiaka a tenu à effectuer une visite dans cet établissement d’enseignement supérieur. Son but était de juger sur place les conditions de travail du personnel administratif et du corps enseignant, ainsi que celles des étudiants. Il en est ressorti déçu.

«J’ai personnellement constaté, avec amertume, l’état de délabrement avancé des locaux de l’Institut africain d’informatique», rapporte sa «Team» sur sa page Facebook.

Si le membre du gouvernement, par ailleurs président du Conseil d’administration de l’IAI, n’a pas caché sa colère et sa déception, il n’a pas moins estimé que des choses doivent être faites pour permettre à l’établissement de retrouver son lustre d’antan. Une séance de travail a d’ailleurs été organisée le même jour avec la directrice de l’établissement et le corps enseignant. Des représentants d’étudiants ont également pris part à cette séance de travail au terme de laquelle Guy-Maixent Mamiaka a promis de peser de son poids pour que leurs conditions s’améliorent assez rapidement.

Pour ce faire, le PCA de l’IAI promet notamment «de penser un nouveau modèle économique pour relancer cet illustre établissement international». Un comité ad hoc a été mis en place, dans le but, explique le ministre, de «[relancer les] cours et gérer transitoirement cet établissement».

 
 

1 Commentaire

  1. tchenko dit :

    Vous n’avez même pas honte de fatiguée la pauvre femme !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW