L’affaire est très relayée sur les médias français depuis le 21 août. Une gabonaise de 49 ans a été tuée d’une balle dans la tête par son mari âgé de 81 ans, un an après leur mariage. Le mari octogénaire était ivre de jalousie.

La maison dans lequel s’est produit le drame. © D.R.

 

Pessan, un petit village situé dans le Gers, un département du sud-ouest de la France, est dans l’émoi. Euphémie Valérie Baregho, une gabonaise de 49 ans a été tuée par son mari. Allongée sur son lit, selon les premiers éléments de l’enquête, elle a reçu une balle dans la tête. Le mari, âgé de 81 ans, s’est ensuite suicidé en se tirant une balle dans la tête. Le meurtre qui a été découvert le mardi 20 août 2019, a été très relayé par des médias français qui indiquent que «c’est la fille de l’octogénaire qui a fait la macabre découverte», puis prévenu la gendarmerie.

Selon la procureure d’Auch (une commune du département du Gers) qui a confirmé les faits, «le meurtre et le suicide remonteraient au 15 août dernier». Sur France 3, la procureure a fait savoir que l’homme a laissé des documents bien en vue. Ceux-ci expliquaient qu’il aurait découvert que sa femme avait une relation avec un autre homme. Le couple s’était marié en juillet 2018 et l’octogénaire qui était à son troisième mariage, n’aurait pas supporté la tromperie de son épouse, arrivée en France «dans le cadre d’un accord matrimonial». Selon la presse française, la situation du couple était «tourmentée» et la gabonaise s’était rapprochée du Centre d’information des droits de la femme pour le signaler.

Si l’homme a utilisé un fusil de chasse, la procureure a indiqué qu’il n’y a pas eu d’intervention de la part d’un tiers. Pour elle, il s’agit d’un homicide suivi d’un suicide. C’est «le 94ème féminicide depuis le 1er janvier en France». Au Gabon, l’histoire commence à faire grand bruit et relance le débat sur les mariages entre les gabonaises et les vieux blancs.

 
 

1 Commentaire

  1. sysy dit :

    il y’a des hommes gabonais qui tuent aussi les femmes cesser cet amalgame

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW