Pour exprimer leur mécontentement, ces agents du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique ont décidé, depuis le vendredi 18 juin, de geler le fonctionnement régulier de leurs administrations et ont choisi pour site des manifestations, le Cenarest.

L’entrée principale du Cenarest, fermée par les manifestants. © Gabonreview
L’entrée principale du Cenarest, fermée par les manifestants. © Gabonreview

 

La Prime incitative à la performance (PIF) continue d’enregistrer des malentendus dans les administrations, même si le gouvernement déclare avoir déjà décaissé un peu plus de 19 milliards pour son paiement aux ayant droits.

Les agents en colère n’entendent pas lâcher prise. © Gabonreview
Les agents en colère n’entendent pas lâcher prise. © Gabonreview

Après l’Education nationale et la Santé, dont les agents bénéficient d’une prime d’incitation à la fonction enseignante, pour les premiers, et d’une prime de servitude et de risque sanitaire, pour le seconds, voici que 288 agents du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ont décidé d’arrêter le travail vendredi, en bloquant l’entrée principale du Centre national de la recherche scientifique (Cenarest), question donc de revendiquer leurs droit.

En brandissant le décret n° 001864/PR/MESRS du 5 décembre 1987, fixant le statut particulier des personnels de la Recherche scientifique et technologique, en son article 22, qui stipule que les chercheurs et techniciens bénéficient d’un régime particulier de primes et d’indemnités, en fait la prime d’incitation à la recherche (PIR), ces techniciens et autres agents disent n’avoir jamais perçu cette PIR.

Selon Achille Emvo, le président du collectif de ces agents en provenance de l’Institut de recherches technologiques, l’Institut de recherches en agronomie forestière, l’Institut de recherches en sciences humaines, l’Institut de pharmacopée et de médecine traditionnelle et du commissariat général à la recherche scientique, «il s’agit purement et simplement d’un refus du Commissaire général, Daniel Idiata, d’appliquer en toute objectivité ce décret». Non seulement il révèle que seuls les chercheurs bénéficient de cette prime mais, aussi et surtout, il demande au commissaire général de «réviser ses listes de bénéficiaires de la PIP». Car pour Achille Emvo et ses confrères, «pas de PIF, pas de reprise du travail», peut-on lire à l’entrée du Cenarest.

 

 
 

2 Commentaires

  1. Mezang dit :

    je crois que l’affaire de la PIP va encore faire des dégâts tant des responsables d’administrations penseront que c’est une occasion de plus pour eux de s’enrichir sur le dos des autres Gabonais.je crois que c’est un mauvais service qu’ils rendent au chef de l’Etat malgré sa bonne intention.

  2. ghébenda dit :

    je crois que l’affaire de la PIP va encore faire des dégâts tant des responsables d’administrations penseront que c’est une occasion de plus pour eux de s’enrichir sur le dos des autres Gabonais.je crois que c’est un mauvais service qu’ils rendent au chef de l’État malgré sa bonne intention.J’ajoute également que c’est le moment d’attraper les voleurs, ceux là qui gonflent les listes et qu’ils soient destitués de leurs fonctions,La PIP doit être géré au même titre que les salaire par voie bancaire ou par la trésorerie générale, afin de palier au détournement et coupures sur l’argent des agents par certains chefs administratifs

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW