Fort du succès de sa récente étude 3D de 25 000 km2, CGG va étendre sa base de données multi-clients au Gabon. Le 21 janvier, le groupe français a annoncé le lancement d’une étude sismique 2D sur 9 800 km2, dans une zone inexplorée des eaux profondes du Bassin Sud.

Le groupe CGG démarre une étude sismique multi-clients 2D au Gabon. © meretmarine.com

 

Leader mondial dans les services et technologies de géosciences, le groupe CGC a annoncé, le 21 janvier, le démarrage d’une étude sismique multi-clients 2D au Gabon. D’une couverture totale de 9800 km2 et située dans une zone inexplorée des eaux profondes du Bassin Sud, cette nouvelle étude intervient après une précédente étude 3D de 25 000 km2, qui a débouché sur les récentes découvertes pétrolières de Boudji-1 et Ivela-1.

«Un échantillon préliminaire des données sur les blocs proposés sera disponible à temps pour le 12e cycle de mise aux enchères de blocs au large du Gabon prévu pour juin 2019», a annoncé le groupe français. Les nouvelles données 2D aideront à définir l’étendue complète des zones pétrolières existantes et nouvelles dans la région, ainsi qu’à comprendre les variations d’épaisseur de la couverture sédimentaire, pour une meilleure analyse de la roche mère et de sa maturité.

La séquence de traitement avancé Broadband de CGG augmentera la résolution et améliorera la caractérisation des systèmes turbiditiques qui représentent des cibles potentielles pour l’exploration. «Cette étude s’inscrit dans le prolongement de notre partenariat fructueux et durable avec le ministère du Pétrole pour soutenir et promouvoir le potentiel des eaux profondes du Gabon», a expliqué la directrice générale de CGG.

«Notre offre complète qui intègre une imagerie sismique de haut de gamme et des études géoscientifiques de haute valeur constitue une ressource stratégique pour l’exploration de la marge Atlantique profonde du Gabon. Les équipes d’exploration peuvent dorénavant évaluer les opportunités de cette région très prometteuse en gagnant du temps et avec plus de confiance, pour des décisions de forage plus rapides, plus sûres et plus averties», a ajouté Sophie Zurquiyah.

En octobre 2015, CGG a été sollicitée par le Gabon en tant que «conseiller technique» pour la promotion de son 11e cycle de mise aux enchères de cinq blocs pétroliers, situés en eaux profondes. Les eaux profondes du Gabon sont réputées avoir un potentiel encore inexploré avec une géologie structurellement complexe, notamment dans la zone pré-salifère.

 
 

No comments

Be the first one to leave a comment.

Post a Comment


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW