Les gouverneurs des neuf provinces ont pris part, du 15 au 17 janvier, à un programme de formation en renforcement de la compétitivité. Objectif : leur fournir des outils pour s’impliquer pleinement dans le développement de pôles de compétences dans leurs provinces respectives.

Moment de la séance de travail entre les gouverneurs et les responsables d’agences, le 18 janvier 2018 à Libreville. © Gabonreview

 

Jusqu’ici cantonnés dans un rôle purement administratif, les gouverneurs vont désormais prendre une part active dans le développement de leur territoire. C’est dans ce cadre que les neuf gouverneurs du pays se sont réunis à Libreville, du 15 au 17 janvier, où ils ont pris part à un programme de formation en renforcement de la compétitivité.

Organisé par le Bureau de coordination du Plan stratégique Gabon émergent (BCPSGE) et l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI-Gabon), cette rencontre avait pour objectif de mettre en place un cadre de dialogue entre les acteurs du développement du territoire et les acteurs chargés de la panification stratégique ; de manière à assurer une bonne cohérence entre les programmes nationaux et provinciaux.

Liban Soleman, Eloi Nzondo et Marie Françoise Dikoumba face à la presse. © Gabonreview

Selon le patron du BCPSGE, cette initiative cadre avec le nouveau format du gouverneur voulu par le chef de l’Etat, «avec des cadres beaucoup plus expérimentés dans la conduite de politiques publiques et sur les notions économiques et de développement». A en croire Liban Soleman, «il y a eu des conférences débats, des discussions, pour permettre d’intégrer des modèles de décisions et prise de décisions dans le cadre de la compétitivité de notre pays sur les huit filières porteuses de croissance sur le PRE-PSGE».

Une rencontre appréciée par les participants. «Nous avons été longuement édifiés sur les pôles de compétitivité. A la suite de cela, nous avons appris comment développer les chaines de valeurs. J’avoue que cela a été très instructif pour nous qui gérons des territoires», s’est réjoui le gouverneur du Haut-Ogooué. Selon Eloi Nzondo, cela permettrait à chaque gouverneur d’essayer de booster dans son territoire, un pôle de compétitivité en se focalisant sur une activité précise.

«Faut-il y développer un pôle de compétitivité sur l’exploitation, la production et la transformation des minerais ? C’est une réflexion à mener», a-t-il affirmé. Assurée par la Fondation Cluster Excellence et le bureau d’étude Competitiveness, cette formation a débouché sur une rencontre entre les gouverneurs et les directeurs généraux des agences, le 18 janvier à Libreville.

«Depuis ce matin, nous sommes avec l’ensemble des directeurs généraux des agences pour essayer de mettre en format une collaboration», a expliqué le gouverneur de la province de l’Ogooué-Lolo. «L’idée est de mettre en place la nouvelle vision du chef de l’Etat qui est celle de faire des gouverneurs non plus des agents administratifs, mais des porteurs de développement, des manageurs, qui essayent de coordonner et impulser les activités de développement dans des secteurs spécifiques», a conclu Marie Françoise Dikoumba.

 
 

4 Commentaires

  1. Habif Romylia dit :

    «L’idée est de mettre en place la nouvelle vision du chef de l’Etat qui est celle de faire des gouverneurs non plus des agents administratifs, mais des porteurs de développement, des manageurs, qui essayent de coordonner et impulser les activités de développement dans des secteurs spécifiques»

    Vous n’exagérez pas un peu là?

  2. Julien dit :

    Que font les deux colons sur cette photo ? L’Afrique ne peut pas se passer de ces colons ? Quand y aura t’il des sociétés Africaines pour exploiter nos bois, nos matières premières, notre pétrole… ? Il y en a marre que nos ressources soient exploitées par des européens en général, et les français en particulier. La colonisation est terminée SVP.

  3. Observateur dit :

    Depuis quand les gouverneurs font du développement dans des républiques bananières? Ils seront plutôt prompts à privilégier leurs intérêts politiques au détriment du développement économique local.
    Le mieux me semble t-il serait de mettre en oeuvre une véritable politique de décentralisation. Toutefois, c’est toujours bien de d’essayer….

  4. Axelle MBALLA dit :

    J’ai vraiment envie de vomir quand je vois avec quel mépris cette République familiale des BONGO se moque du peuple. Un pays qui ne sait du mot “Décentralisation” que de l’ordonnance de 1996 transformée en torchon et revisitée par les gouvernements familiaux successifs, sans jamais lui conférer un décret d’application, avec un moribond parlement à “la botte” comme le dit la chanson du groupe d’animation de Nzouba à Koulamoutou. le gouverneur de la province de l’Ogooué-Lolo. «L’idée est de mettre en place la nouvelle vision du chef de l’Etat qui est celle de faire des gouverneurs non plus des agents administratifs, mais des porteurs de développement, des manageurs, qui essayent de coordonner et impulser les activités de développement dans des secteurs spécifiques. Monsieur NZONDO…Cela existe depuis longtemps. Demandez aux enseignants en faculté de Droit. Cela s’appelle “La Déconcentration”…On n’en pas besoin. Dites à votre Parlement enfin de se saisir de cette vraie question de la Décenytralisation…Et revenez aviser…Quel pays de M…..

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW