Le Stade Mandji a rejeté les affirmations selon lesquelles, il cumule 95 millions de francs CFA de salaires impayés à ses joueurs. Un «montant injustifié», le club reconnaissant ne devoir que 2,9 millions de francs de salaires.

Boniface Ndjaou (au centre) lors de sa conférence de presse, en août 2019. © Gabonreview

 

Placé en tête de liste des clubs cumulant les arriérés de salaires aux joueurs, le Stade Mandji s’en est récemment défendu à Port-Gentil. En juin, l’Association nationale des footballeurs professionnels du Gabon (ANFPG) a révélé le détail des arriérés de salaires des joueurs de 21 clubs. Une dette abyssale de 900 millions de francs CFA, dont 95 millions de francs pour le Stade Mandji.

«Malheureusement les montants qui sont avancés nous ne les reconnaissons pas. Stade Mandji ne dit pas que nous ne devons pas. Concernant les chiffres avancés de plus de 90 millions, ils sont faux», a déclaré le secrétaire général du Stade Mandji. «Cette association, même son existence, nous ne la connaissons pas», a affirmé Boniface Ndjaou.

Dans un courrier adressé à la Ligue nationale de football professionnel (Linafp), en juillet, Stade Mandji s’est proposé de payer la somme de 2,9 millions de francs CFA à ses sportifs avec la subvention de la Linaf. Ce paiement concerne très exactement cinq joueurs qui n’ont pas perçu leur salaire sur la liste des dix-neuf inscrits dans l’esquisse du rapport de Stade Mandji et de l’AFPG. La frustration de Boniface Ndjaou viendrait du fait que l’AFPG n’ait présenté aucun document administratif à même d’appuyer ses affirmations.

«Sur cette liste avec les mêmes noms, il s’avère qu’il y a des joueurs qui ont été totalement soldés. Après nos investigations et nos calculs auprès de notre comptabilité, nous ne devons que 2,9 millions de francs CFA et non 95 millions», a insisté Boniface Ndjaou. Pour lui, l’AFPG s’est appuyée sur les «dires des joueurs». «Elle n’a présenté aucun élément comptable et c’est triste. Quand on veut salir le club, on se permet de tout dire et après c’est inconfortable. Nous, on a les pièces et on attend les leurs», a rajouté le responsable du Stade Mandji.

Estimant avoir été sali après les révélations de l’ANFPG, le club espère, grâce à l’appui de la fédération, être lavé de tout soupçon. «Il reste à la fédération d’apprécier à sa juste valeur les pièces que nous lui avons fournies et faire un rapport définitif et bien détaillé à la FIFA. S’agissant de l’ardoise de 2,9 millions de CFA, elle sera épurée quand on rentrera en possession de nos fonds», a conclu Boniface Ndjaou.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW