Exilé en France depuis 2016, Alfred Nguiabanda, ancien directeur général du Conseil gabonais de chargeurs (CGC), s’est étonné de la suppression de cette structure intervenue le 26 février en Conseil des ministres.

Alfred Nguiabanda. © D.R.

 

Par le biais d’une interview dans Moutouki le 7 mars, Alfred Nguiabanda  s’étonne de la suppression du Conseil gabonais de chargeurs (CGC) par décision du Conseil de ministres, le 26 février dernier. L’ancien directeur général du CGC exilé en France  en 2016, qualifie «d’irréfléchie» la décision des autorités. D’autant plus que, selon lui, «les missions du CGC ne sont pas les mêmes que celles de l’Office des Ports et rades  du Gabon».

La situation difficile dans laquelle s’est empêtré le CGC serait consécutive à la «gestion approximative et calamiteuse que les gens dénoncent à juste titre depuis des années. Il est inadmissible et inconcevable que cette entité productive ne puisse pas honorer régulièrement et mensuellement les salaires des agents», estime Alfred Nguiabanda. À l’en croire, «la situation du CGC est l’illustration éloquente d’un pouvoir basé sur le népotisme et la camarilla.» Et l’opposant devenu d’ajouter :  «les ravages dans toutes les administrations  gérées par les incompétent sont incommensurables». Pourtant, relève-t-il, le Gabon dispose d’un gisement de cadres dynamiques et compétents, mais relégués malheureusement aux magasins des accessoires.

 
 

4 Commentaires

  1. bill ngana dit :

    Des mesures qui n’ont pas été justifiées d’une façon précise pour chaque cas. A moins que je sois mal informé. Je me pose aussi des questions sur ce cas précis.

  2. Okoss dit :

    Ne nous voilons pas la face,Alfred,toi aussi tu as pillé le CGC.
    Ces centaines de millions rackettes par semaine au départ de Pog.
    Y a des témoins

  3. Yannick MBA dit :

    N’importe quoi ! Okoss, vous êtes pitoyable. Alfred Nguia Banda a été un grand directeur général pour le CGC. C’est lui qui a construit le siège du CGC. Tu le sais au moins ?

    • Okoss dit :

      Yannick
      Même s il a construit je ne sais trop quoi, il n avait pas le droit de se servir de l argent du CGC pour faire ses affaires .
      Sais tu au moins ce qu n appelle règles de bonne conduite et d éthique.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW