Pour la cinquième année consécutive, l’ONG SOS Tabagisme Gabon a lancé récemment sa caravane interscolaire baptisée «Touche pas au Tabac». L’objectif de cette sensibilisation est de dissuader les plus jeunes de s’initier à la consommation du tabac, responsable de 7 millions de morts chaque année.

L’ONG SOS Tabagisme Gabon, lors de la 3e journée de la caravane au collège Mgr Bessieux de Libreville. © D.R.

 

Anthony Mba Nkogo, pendant son intervention au collège Mgr Bessieux, avant les échanges avec les élèves. © D.R.

Comme chaque année depuis 2014, l’ONG SOS Tabagisme Gabon a lancé récemment la 5e édition de sa caravane interscolaire baptisée «Touche pas au Tabac». Après deux écoles primaires de la capitale, le collège Mgr Bessieux de Libreville a constitué, le 30 avril dernier, la 3e étape de cette caravane de sensibilisation qui s’inscrit dans le cadre d’autres activités menées par l’ONG présidée par Anthony Mba Nkogo, à l’instar de la caravane «Vacances sans tabac» et de la «Coupe de la jeunesse sans tabac».

«L’objectif de cette caravane, explique le président de l’ONG, vise à prévenir l’initiation au tabagisme chez les jeunes, afin de les empêcher de tomber dans le piège du tabagisme, car on le sait, avec le tabac il est plus facile de commencer que d’arrête.»

À l’ONG SOS Tabagisme Gabon, l’on aime à rappeler que, selon l’Atlas du tabac de l’OMS, le tabac est la première cause de mortalité évitable, avec 7 millions de morts par an. Pour l’organisation, il convient donc de «prendre des dispositions et des mesures fortes», non seulement pour dissuader les plus jeunes de s’initier à la consommation du tabac, mais aussi pour contraindre les fumeurs à arrêter.

Aussi, l’organisation exhorte-t-elle les autorités gabonaises à réagir face au phénomène. Depuis des années, elle n’a pas cessé de faire deux principales propositions au gouvernement et aux législateurs : «l’interdiction de la vente de cigarette par bâton et l’augmentation significative du prix du paquet de cigarettes qui, depuis des décennies, est resté le même, favorisant ainsi la consommation de ce produit par les jeunes».

Pour Anthony Mba Nkogo et ses compagnons, «ces mesures ont fait leurs preuves ailleurs». Ils soutiennent d’ailleurs que «l’augmentation du prix du tabac fait baisser significativement le nombre de consommateurs [en plus de faire] gagner des milliards à l’État via les taxes». Depuis lors, ni le gouvernement ni les législateurs ne semblent convaincus de la nécessité de s’attarder sur le sujet.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW