Suite à l’agression au couteau des deux journalistes Danois survenue le 16 décembre à Libreville et à la recrudescence des actes de violence dans les établissements scolaires et les lieux publics du pays, le Quai d’Orsay invite, ce lundi 18 décembre, les Français vivant au Gabon à plus de vigilance.

Le Quai d’Orsay recommande de la vigilance aux voyageurs Français pour le Gabon. © lifeofpurposetreatment.com

 

Le ministère français des Affaires étrangères ne veut pas prendre de risque. Motivé par l’agression au couteau des deux journalistes Danois survenue le 16 décembre à Libreville et le nombre d’actes violents enregistrés dans le pays ces dernières semaines, il a mis à jour ses conseils aux voyageurs pour le Gabon. Le département ministériel dirigé par Jean-Yves Le Drian invite les ressortissants français résidant au Gabon ou en voyage dans le pays à faire preuve de vigilance.

«Pour tout déplacement à l’intérieur du pays, les voyageurs sont invités à contacter les services du consulat général de France à Libreville ou, pour la province de l’Ogooué-Maritime, de la chancellerie détachée à Port-Gentil», informe le gouvernement français, tout en indiquant que, «dans le pays, les conditions de sécurité sont globalement satisfaisantes sous réserve de faire preuve d’une vigilance renforcée».

Aussi, est-il conseillé aux voyageurs Français «d’être particulièrement prudents», y compris dans les lieux publics et des quartiers réputés dangereux tels que Louis, Mont-Bouët, Ancienne-Gare-routière, Rio, London, Lalala, Oloumi, Nkembo et Awendjé à Libreville. A Port-Gentil, certaines plages peuvent s’avérer risquées «entre la Pointe Chapuy et le Cap Lopez, et en bordure des trois rivières». Le Quai d’Orsay préconise également de «se tenir éloigné» des «manifestations de rues sporadiques (…) qui peuvent s’accompagner de violences)», souvent organisées dans la capitale économique du Gabon.

 
 

7 Commentaires

  1. AIRBORNE dit :

    Bon c’est normal cette prevention.Mais le cas d’agression le plus recent a ete perpetre par un muslman de nationalite nigerienne, donc un des freres muslman de BOA, ce n’est pas un gabonais. Il l’a fait au du prophete Mahomey, son est le prolongement de ce que BOA au gabonais au QG de Ping le sang et encore du sang humain, comme celui des boeufs et moutons ne suffisent pas.Drian tu as raison, car vu la situation parceque la france soutien Ali,les gabonais vont emboiter le pas a titre d’exemple pour s’en prendre aux interet francais.

    • Requin noir dit :

      Cher Airbone,
      C’est dommage que vous ayez raté une opportunité en or de vous taire. Arrêtez de mélanger les sujets et de désinformer les lecteurs qui viennent ici rechercher des informations fiables.
      Nous sommes tous, pour la plupart, des résistants au régime Bongo-PDG mais soyons sérieux dans notre lutte. Le sérieux est le prix de notre crédibilité.

  2. diogene dit :

    Toujours prompt à la couardise, le Quai d’Orsay joue le jeu du pouvoir illégitime qu’il n’a pas su condamné.
    Incapable de cerner officiellement les contours de cette triste affaire, il préfère se réfugier derrière de vagues mesures inutiles.
    En quoi signaler ses déplacements est une garantie de sécurité lorsque le premier déséquilibré venu peut vous agresser devant tout le monde, y compris les forces dites du maintien de l’ordre sans que ces dernières ne réagissent.
    La présence miliaire française ne sert-elle pas juste à soutenir le régime en place, avec les conséquences dramatiques pour les populations ?

  3. trise dit :

    Bizarre quand même cette agression,avec une vague impression de déjà vu, (l’histoire des armes du cap là),un ministre de la défense qui passe directement parlé d’une agression en lieu et place du porte parole du ministère de l’interieur,BBN en fait autant, le porte voix d’Ali la même chose, vraiment c’est suspect tout çà, soit on veux à tout prix intégré le G5 sahel, soit on est fou au point d’ouvrir le GABON à bokoharam et attiré la sympathies des occidentaux, ou c’est pour mettre le GABON en état de crise.Mais je crois pas trop à cette histoire là.

  4. GUY dit :

    AIRBONE Libreville est l’une des villes les plus dangereuses d’Afrique où des braqueurs dans les lieux interdits aux français son monnaie courante. Ici ce ne sont pas seulement les blancs qui sont victimes. Tout le monde y passe e ceux qui les commettent sont des gabonais. Voilà pourquoi il y a de l’impunité. Si c’étaient des membres des communautés étrangères qui les commettaient, il y aurait des opérations tonnerre. Comment on n’arrive pas à mettre sous l’éteignoir ces petits microbes qui bénéficient de la passivité de la population et des forces de l’ordre. Si tu me déments promène toi dans ces lieux même en plein jour en téléphonant. Jean Yves Le DRIAN enfonce une porte ouverte car tu ne verras jamais de français dans ces lieux. C’est une honte pour notre pays. Mobilisons-nous contre le terrorisme et les braqueurs et évitons les amalgames. Après avoir perdu nos matières premières devrions-nous sacrifier notre sécurité à cause de ces vermines terroristes et braqueurs.

  5. Brel dit :

    Arrêtez de gaspiller la réputation d’un pays qui vous accueille. Toi Nigerian, il faut aller tué les blancs dans ton pays, au lieu de gaspiller la réputation de notre pays.

  6. Étienne dit :

    Vous parlez des français ? Ça c’est petit entre africain que nous somme, vivre au Gabon devient de plus en plus répressive. Les agents de la police considéré comme autorités maltraitent les ouest africain comme les moins que rien. Et quand moi je regarde tout ça je me dis que l’Union africaine ne sera pas possible si nous même en tant que africain ne changeons pas notre manière de vivre quotidienne. Vraiment la gouvernance en Afrique centrale??… C’est pas la peine

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW