GR

En cette période de fin du mois, certains établissements scolaires privés ont demandé aux parents d’élèves de s’acquitter des frais d’écolage. Demande justifiée ou inappropriée dans le contexte de ralentissement de l’économie dû à la crise du coronavirus ? L’intervention du gouvernement est vivement souhaitée sur ce dossier.

Le recouvrement lancé par les chefs d’établissements est motivé par le fait que les cours ont quand même été dispensés durant une bonne partie du mois de mars. © Gabonreview/Shutterstock

 

Si le gouvernement a demandé de consentir des efforts en cette période difficile, marquée par la crise du coronavirus, son appel n’a, visiblement, pas été entendue par les responsables des établissements scolaires privés. En cette période de fin du mois, certaines de ces structures d’enseignement ont demandé aux parents d’élèves de s’acquitter des frais d’écolage du mois de mars.

 «Nous sommes toujours dans l’attente. Nous disons que les parents doivent passer payer. Malheureusement, les parents ne s’exécutent pas et cela nous met dans une situation délicate», a confié un responsable d’établissement privé primaire et secondaire, à Libreville. Certains responsables ont même poussé le vice en demandant aux parents de payer le mois d’avril, alors que les cours sont suspendus depuis la mi-mars.

L’attitude ces chefs d’établissements est motivée par le fait que les cours ont quand même été dispensés durant une bonne partie du mois de mars. Dans ce cas, le frais d’écolage doivent-il être payés à moitié ou en intégralité ?

Il est de notoriété publique que les enseignants des établissement privés sont payés par les frais d’écolage. Il est tout aussi vrai qu’en cette période difficile, certains parents d’élèves subissent, eux-aussi, les contrecoups pécuniaires découlant de la crise sanitaire actuelle.

La situation amène à s’interroger sur la trésorerie réelle de ces établissements scolaires, mais, surtout, l’accompagnement en cette période de crise des opérateurs économiques, dont les écoles d’enseignement privé font partie. Une problématique sur laquelle l’intervention du gouvernement est vivement sollicitée. En attendant, plusieurs parents d’élèves sont déjà catégoriques : ils ne payeront aucune scolarité jusqu’à la fin de crise du coronavirus.

 
GR
 

11 Commentaires

  1. Ponce Pilate dit :

    Les frais de scolarité sont annuels ,c’est a dire que l’on s’engage pour une années
    Ils ont été mensualisés par le commun des mortels pour faciliter le paiement par les familles.

    Les dépenses d’un établissement scolaires ne se font pas mensuellement mais sont calculés sur une minimale base annuelle.

    Ne pas payer sa scolarité un mois c’est comme dire que l’on va couper une moitié une moitié de tableau car ce dernier est aussi acheté mensuellement.
    Quand on achète un tableau ou un table banc,on l’achète en début d’année pour toute l’année, l’établissement s’engage donc sur au moins un an.
    Toujours pour être conforme a leur engagements annuels, ces établissements ont des salaires a payer aux enseignants qui sont des parents comme vous.

    Donc de grace , il faut payer vos mensualités si vous voulez que vos enfants reprennent correctement les cours a la fin du confinement.
    Si l’établissement ferme , ce n’est pas seulement un mois de cours que vous allez perdre.

    • lematougalaux dit :

      Ponce Pilate, votre position se défend certes.
      Cependant, vous omettez volontairement ou involontairement de préciser que lorsqu’un élève ne paye pas sa scolarité pendant un mois, il est mis dehors sans aucune autre forme de procès. Autrement dit, pas d’argent donc pas de cours.

      Le contraire doit être également soutenu, à savoir: pas de cours, donc pas d’argent.

      La situation est difficile pour tout le monde. Alors permettez que je ne paye pas les cours de mes enfants comptant pour le mois d’avril 2020.

  2. natty dread dit :

    « les frais de scolarité sont annuels »…ores, les cours sont à l’arrêt depuis mi-mars, et de fait, annulent le paiement y relatifs, dont acte!

  3. Nicolas AMVAME dit :

    Les écoles continueront de payer leur loyer. Si le fait que les enfants sont à la maison peut réduire les charges des écoles, certaines continueront sauf en cas de fermeture définitive des écoles.

  4. Okoss dit :

    Tres bien..on va payer le mois d avril.
    Mais si d aventure le gouvernement prend la decision de fixer la fin de l annee scolaire au mois d aout..qui va payer les mois de juillet et août..vu que l année scolaire etait sensé terminer fin juin

  5. Prof dit :

    Bonjour,

    Savez -vous que les enseignants des écoles privées assurent les cours à distance avec leurs propres moyens : ordinateurs, unités téléphone, ligne internet, cartouches d encre… pour que les élèves auxquels nous sommes très attachés puissent continuer d apprendre dans des conditions qui sont difficiles pour tous ? Nous recevons énormément de remerciements de parents qui aident leurs enfants à poursuivre leur scolarité. Nous le faisons par conscience professionnelle et nous espérons effectivement toucher nos salaires à la fin du mois pour survivre. Nous ne sommes pas en vacances à attendre que nos salaires tombent sans aucun effort.
    Bien à vous .

  6. Bassomba dit :

    Là où ma fille apprend, on paie mensuellement et d’avance. On paie le mois au début de celui-ci. Le mois de Mars a été payé, même si l’enfant n’a appris que 2 semaines dans ce mois à cause de la fermeture des établissements.
    Voilà Avril qui commence, les écoles sont toujours fermées, pourquoi voulez vous que j’aille payer la scolarité d’avril? Jamais!

  7. fee dit :

    pour ce qui est du mois de mars je crois que la question ne se pose pas du moment ou on parvient à payer tout un mois malgré les vacances de pâques fixées à deux semaines.cela dit les cours ont été suspendus en mi mars et en considérant que l’autre moitié de mars sont les vacances de pâques alors on devrait s’acquitter de la scolarité du mois mars.Mais pour avril c est encore trop tôt pour se prononcer du moment ou on n’a pas encore fixé la date de la reprise.Pour ceux qui ont paye en avance eh ben ce mois couvrira un autre si jamais les enfants reprennent par exemple en juillet.

  8. fee dit :

    Bonjour
    Nous devons nous acquitter des frais de scolarité du mois de mars.Déjà on paie le mois avant consommation.Et du moment ou malgré les vacances de pâques la scolarité est tjrs payé en intégralité(au mois ou les vacances de pâques tombent) alors considérons cet arrêt comme étant les vacances de pâques et payons le mois de mars. Pour ce qui est du mois d’avril c’est encore trop tôt pour se prononcer car la reprise des cours est incertaine.Pour ceux qui ont payé ce mois par avance alors si les directeurs d’établissements sont cléments ce paiement pourra couvrir un autre mois si jamais les cours reprennent par exemple en juillet.

  9. actu dit :

    Les ecoles privees fonctionnent sur la base du contrat de droit prive. Par consequent toutes dispositions (l’offre des services /l’interruption volontaire ou non volontaire..) sont des situations que le legislateur a en principe prevues et clairement exprimees dans les dits contrats, sauf s’il y a vide juridique a ce sujet. Auquel cas l’Etat doit prendre ses responsabilites puisqu’il s’agit d’une situation de force majeure.

    Dans les cas de force majeure les assurances des entreprises(Ecoles privees) doivent prendre le relais a defaut l’Etat doit assumer ses responsabilites en assurant salaires au moins a 80% de ce que le personnel recoit d’habitude (Lorsqu’il s’agit des Entreprises Gabonaises) .En fait L’Etat doit s’assurer qu’une pandemie comme celle-ci ne cree pas de soulevement/ mecontentement et de colere au sein de la population(un sentiment de frustration)

    Il n’y a aucun contrat public ou prive qui soit frappe a l’abri en cas de Guerre/pandemie/ou revolution..les termes de tout contrat deviennent caduques sans moyen de faire ni un recours a la justice ni un fondement juridique pour defendre ses droits.

    L’Etat n’a pas que de privilege il a aussi beaucoup d’obligations dans ce genre de situation qui n’arrive heureusement qu’une fois par siècle. Pour memoire la derniere grande pandemie etait la peste aux environs de 1918.Ce qui etait deja un prelude de la crise economique de 1929.

    L’Etat a tout interet a regarder cela attentivement pour eviter que notre Economie de disparaisse definitivement avec des effets induits devastateurs.

  10. Mbeda Mboma dit :

    @Actu, merci pour cet éclairage. si des connaisseurs comme vous venaient a chaque fois éclaircir les sujets comme vous le faite, je crois qu’on économiserait sur ces longs débats inutiles ici sur la toile.

     » Il n’y a aucun contrat public ou prive qui soit frappe a l’abri en cas de Guerre/pandemie/ou revolution..les termes de tout contrat deviennent caduques sans moyen de faire ni un recours a la justice ni un fondement juridique pour defendre ses droits. »
    Veillons a bien méditer la dessus s’il vous plait.

Poster un commentaire