GR

Une réunion des ministres de la Santé des Etats membres de la Communauté économique de l’Afrique centrale (CEEAC) a débuté ce 24 juin. Cet échange par visioconférence devrait permettre d’assoir une stratégie commune et efficace pour faire face à la pandémie de Covid-19.


Le ministre gabonais de la Santé, Dr Max Limoukou, président les travaux des ministres de la Santé de la CEEAC, le 24 juin 2020. © Communication CEEAC

 

A la suite de la réunion des experts ayant permis d’examiner, au préalable, les points essentiels à la définition de cette stratégie globale devant permettre à l’Afrique centrale de mieux affronter le Covid-19 et de faire face à ses effets ; les ministres en charges de la Santé des pays membres de la Communauté économique de l’Afrique centrale (CEEAC) ont pris le relai ce 24 juin.

La stratégie de riposte de la CEEAC contre la pandémie s’articule autour de quatre axes stratégiques dont la prévention de la transmission du virus, des décès ou la prise en charge des cas ; l’atténuation des effets sociaux, économiques et sécuritaires liés au Covid-19 et la prévention de la propagation de la pandémie dans les régions frontalières.

Une vue des participants aux travaux. © Communication CEEAC

Par visioconférence, les ministres et les partenaires de l’institution régionale ont axé leurs travaux sur la validation de cette stratégie régionale de riposte. Présidée par le ministre gabonais de la Santé, Dr Max Limoukou, la réunion s’est appesantie sur un ordre du jour adopté à trois points dont l’examen et adoption du rapport technique de la réunion des experts ; l’examen et validation de la stratégie régionale de riposte contre le Covid-19 et l’examen et adoption du communiqué final.

En effet, au terme de la présentation de la stratégie régionale, les experts des Etats membres ont formulé des observations et recommandations. Ils demandent, entre autres, de compléter le diagnostic par une analyse approfondie des systèmes de santé des Etats membres en vue d’apporter des solutions durables permettant de les améliorer ; de pondérer les données statistiques sur la situation épidémiologique par rapport à une proportion de la population globale des Etats membres pour avoir une tendance réelle de cette pandémie.

Les experts recommandent également d’intégrer les frontières des différents Etats membres dans le projet de «Frontières Pilotes» du «Parcic», notamment celles de l’Angola (RDC et République du Congo) et de la Guinée Equatoriale (Zone des Trois frontières Cameroun, Gabon, Guinée Equatoriale) en complément des actions menées par l’Agence d’exécution de la Cemac (OCEAC). Enfin, ils demandent aux Etats d’accélérer la mise en œuvre du Plan d’action régional de gestion intégrée des ressources en eau (Pargire) de l’Afrique centrale, adopté par la 16e Session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement tenue à N’Djamena le 25 mai 2015, notamment sa composante traitant de l’approvisionnement en eau potable, assainissement et hygiène .

Plusieurs responsables des institutions partenaires de la CEEAC prennent part à cette réunion parmi lesquels,  le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cemac), le Pr Daniel Ona Ondo, le chef du Bureau de liaison de l’UA auprès de la CEEAC, Hortense Nguéma, la Directrice du Bureau régionale de l’OMS Afrique, le Dr Rebecca Matshidiso Moéti ainsi que le Chef du Bureau régional des Nations unies pour l’Afrique centrale (Unoca), François Louncény Fall. La réunion s’achève ce 24 juin en soirée, avec un communiqué final sanctionnant les travaux et fixant le cap à la communauté pour une lutte efficace contre le Covid-19.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire