HABANA

La fin de la semaine dernière a été mouvementée au Gabon avec la diffusion des vidéos mettant en scène des élèves de plusieurs établissements scolaires de Libreville faisant du Twerk dance et montrant leurs seins nus. Un buzz qui n’a visiblement pas plu, puisque le ministère de l’Éducation nationale exige des Conseils de discipline pour «statuer sur les sanctions pouvant aller jusqu’à l’exclusion temporaire ou définitive».

Des élèves, en tenue, faisant du Twerk. © Gabonreview/Capture

 

Le vendredi 22 janvier dernier, la toile gabonaise a vibré au rythme des vidéos obscènes de jeunes gens des établissements bien connus de la capitale gabonaise. On y voit filles et  garçons, en tenue de classe, faire du Twerk dance, tandis que d’autres demoiselles montrent carrément leurs seins nus. Ce qui n’a pas manqué de «choquer» et d’interpeller aussi bien les internautes que les responsables du ministère de l’Éducation nationale.

Réagissant à «ces vidéos réalisées par des élèves et présentant des scènes obscènes», diffusées sur les réseaux sociaux, le département de l’Éducation nationale fait savoir que «ces initiatives heurtent frontalement la morale de nos traditions, us et coutumes héritées de notre patrimoine culturel».

D’autres élèves du même lycée en pleine dance. © Gabonreview/Capture

Dans ce contexte de «stupeur» et de «consternation», il invite les chefs d’établissement dont les élèves sont concernés par ces vidéos «à appliquer, sans délais, les mesures disciplinaires qui s’imposent». Dès ce lundi 25 Janvier 2021, le ministère, qui demande que des dispositions soient prises pour la convocation des Conseils de discipline devant statuer sur les sanctions pouvant aller jusqu’à l’exclusion temporaire ou définitive, en appelle à la responsabilité des chefs d’Établissement, des élèves, des parents d’élèves et de toute la communauté éducative. «Le respect des bonnes mœurs et le sens de la dignité doivent être absolument préservés dans nos lycées et collèges dont la mission inclut la transmission des valeurs fondamentales de notre société», précise le ministère de l’Éducation.

A la suite de cette communication gouvernementale, le syndicaliste Marcel Libama indique sur sa page Facebook que «les proviseurs ont besoin des surveillants, en nombre et en qualité, pour veiller à la discipline». Pour lui, «les Conseils de discipline sont une fausse réponse à un vrai problème de société». «Le ministre fait semblant d’être surpris. C’est un phénomène bien connu de tous», a-t-il fait remarquer, ajoutant que «c’est sur le terrain de l’enseignement des valeurs culturelles gabonaises qu’on attend le ministre pas sur les conseils de discipline».

Marcel Libama, qui préconise l’enseignement des valeurs culturelles nationales dès la classe de la maternelle, indique également que les premiers responsables de ces dérives des enfants sont les adultes. «La jeunesse est abandonnée à elle-même et voilà le résultat», a-t-il écrit.

Par ailleurs, depuis le 25 janvier, une rumeur circulant sur les médias sociaux fait état de la mort de l’une des filles ayant exhibé ses seins. Toutefois, l’information n’est confirmée par aucune source officielle.

 
GR
 

24 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    A Ntare Nzame !! Voilà le résultat pour nos petits enfants quand les milliards qui auraient du servir à l’éducation sont détournés par le clan BONGO-VALENTIN. Pitié !!

  2. Irène dit :

    Commencez par sanctionner l’imbécile qui a posté cette vidéo. Ces filles n’y sont pour rien. Et d’autres font bien ces danses chez elles sans être filmées.

    Cette vidéo prouve aussi l’échec du régime des Bongo depuis plus de 50 ans en matière d’éducation. Ceux qui usurpent un pouvoir montre ainsi leurs lacunes. Ça finit toujours par ressortir dans le quotidien des gens: et ici, ce sont nos enfants qui payent la politique dévastatrice des Bongo en matière d’éducation.

  3. Ulys dit :

    Et moi je dirai: DÉRIVES DE L’ÉTAT DEPUIS L’ARRIVÉE DES BONGO.
    LE GABON EST UN PAYS VRAIMENT MALADE. CE PAYS SOUFFRE D’UNE MALADIE APPELÉE BONGOISME. Et depuis que le Gabon est atteint de cette PANDÉMIE DU BONGOISME, NOUS SOMMES DEPUIS LORS CONFINÉS. ET QUAND UN CONFINEMENT EST AUSSI LONG, ÇA LAISSE DE TRÈS GRAVES SÉQUELLES.

  4. Aurélie Béatrice dit :

    Ceci est le résultat formel de la mauvaise éducation des enfants, éducation commençant chez soi . L’état n’y en est pour rien ni les établissements scolaires . L’éducation scolaires a pour seul but de créer les entrepreneurs de notre avenir

    • Irène dit :

      Où vois-tu cette éducation au Gabon avec ce régime pourri de tes amis les Bongo-Valentin ? Où sont les écoles pour apprendre dans de bonnes conditions ? Où sont les routes pour permettre aux élèves de pouvoir arriver à l’heure aux cours ? Les familles pauvres qui ne peuvent subvenir aux besoins scolaires de leurs enfants, etc. Tu rêves ou tu es du système pourri des Bongo-Valentin ?

    • Aldran Torsion dit :

      Comment peux-tu dire que l’éducation est présente dans notre pays alors que nous ne voyons rien. Les tords sont partagés mais le plus gros est le ministère en charge de l’éducation de nos enfants, frères et soeurs qui se depravent très facilement par manque de certaines méthode pédagogique inexistante.

    • Moutsinga dit :

      Vraiment l’éducation commence à la maison la faute revient
      auxparents qui n’ont pas su éduquer leur enfants
      Sur ce point la seule chose qu’on peut reprocher à l’état c’est le manque de loisirs et des occupations pour la jeunesse à part l’école et les mauvaises conditions qui y sont

  5. Inch'allah dit :

    Serieux là ?
    On parle de respect de bonne mœurs, dans un pays où on a légalisé la pratique homosexuelle?
    On parle de us et coutume de patrimoine hérité, la où l’homosexualité devient une norme voté a 200% par un gouvernement sensé défendre ces « us et coutume « …???
    Arrêtez, laissez les enfants tranquille, c’est une danse , certes osé mais y a pas de quoi crier aux scandale.
    Y a des vrais problèmes de fond, faut pas nous distraire .
    Beaucoup de ces élèves ont des copains ministre , députés, sénateur et etc ….en gros pdgiste .

  6. MBOUAMAM dit :

    Exclusion définitive c’est un trop radicale si on a pu légalisé l’homo sexualité au Gabon qu’on considère comme un blasphème chez nous passer l’éponge sur ces élèves n’est rien y’en a parmis eux qui sont en terminale pour si peu gâcherons nous leurs avenirs ?

  7. diogene dit :

    «Le respect des bonnes mœurs et le sens de la dignité doivent être absolument préservés »
    En usurpant le pouvoir, il y a atteinte aux bonnes mœurs et au sens de la dignité !

    La répression étant le seule moyen de contrôler les populations dans ce régime fantoche,envoyez les militaires dans les écoles, ils en profiteront pour découvrir le milieu scolaire !

  8. Gladys dit :

    Ce ne sont pas ces enfants qui sont à l origine de ce desordre dans le pays ,ils suivant notre exemple, comprendra qui peut .
    Unitil de les sanctionner ,assumons nos fautes et ne soyons pas des laches

  9. Aldran ABA'A dit :

    À croire que l’éducation est la priorité des membres du gouvernement qui se donne à coeur et joie de pouvoir éradiquer la pandémie du Corona virus qui sévi d’autres pays pendant que ceux-là ne descolarisent l’avenir de demain. Mais ici au pays, c’est tout le contraire que nous voyons d’où ses vidéos qui circulent et font le tour des réseaux sociaux et la décision qu’il trouve c’est de les punir alors qu’il, doit se punir d’avoir abandonné la jeunesse et son éducation🎒🏫📚🎓 qui est alarmant en ce moment.

  10. AOS dit :

    C’est bien beau d’indexer les personnes sur les vidéos. Lorsque s’agit des bavures de nos jeunes vous êtes forts pour écrire le gros mots de Molière, mais lorsque nous revendiquons ce qui nous revient de droit vous jouez aux sourds, muets et aux aveugles ou pire vous lâchés vous gardiens armés.

  11. Lionel dit :

    le pays a des grands problèmes plus sérieux ,et vous prenez des mesures de punition pour les pauvres enfants

  12. Jonza dit :

    Quelles sanctions? De quelle moralité parlez vous? Existe t il une moralité encore dans ce pays?
    Nous, parents et enseignants,ne pouvons plus corriger nos enfants au risque d’être emprisonné.
    Il faut que les politiques assument ce sont leurs lois qui sont à l’origine de la dépravation des mœurs dans notre pays.

  13. Eudrigue mikala Moubamba dit :

    Bonjour à tous ne mainton pas tout sûr le dos du pouvoir emplace car en temps que parents nous avons cette chargeus là aussi de bien n’eduque nous s enfants merci

  14. A mon humble avis, il n’y a vraiment rien de grave car au regard des vidéos qui ont été postées, nous constatons que ce sont des enfants et comme tous les enfants du monde, ils commettent des bêtises. Aussi, il faut noter que les vidéos n’avaient certainement pas été prises dans le but d’être publiées ( c’était un délire entre amies). Et malheureusement depuis que cette affaire à eu lieu, il y a des questions que je ne cesse de me ressasser; pourquoi certains indivudus donnent toutes leurs énergies à parler des choses insignifiantes ? Quand bien-même, nous sommes tous conscients voire des victimes des problèmes qui minent notre pays .

  15. Mbeda Mboma dit :

    Le Gouvernement est le coupable dans toute cette histoire et moi pour ma part si c’était a refaire j encouragerait ces filles à le refaire a nouveau.

    La nature a horreur du vide. a la puberté les enfants débordent d’Energie. qu’ est ce que l’Etat a mise en place au Gabon pour occuper ces jeunes? rien du tout.

    Avant:

    1/- il y avait la FOIRE du bord de Mer pour s’évader un peu et amuser les petits.

    2/- il y avait le palais de la démocratie ou presque chaque weekend des concerts se produisaient.

    3/- il y avait L’OGSSU pour les établissements; cette compétition de sport inter- établissement qui permettait de détecter les talents et alimenter le championnat national.

    4/- il y avait le théâtre dans les établissements avec les danses traditionnelles et autres…

    5/- il y avait…

    Aussi j aimerai interpeller les gouvernants sur le fait que l’ordre et la discipline est du ressort de l’Etat quand l’Etat ne joue plus son role c est la Rue qui prend le relais.

    Alors dans ce Gabon ou les Bagandos sont fêtés comme des héros.
    ou les artistes font l eloge de la dépravation avec des chansons comme la tchiza, la Bougie de la gloire… ou les gouvernant donne plus de valeurs a l homosexualité, aux détournement des deniers public, a une insolente richesse des pilleurs du pays…
    comment les enfants vont réagir.

  16. Mbeda Mboma dit :

    la loi dit avant de sanctionner quelqu’un il faut lui montrer d’abord une solution a son attente, les jeune déborde d’Energie. quel solution l Etat a apporté a ce vide sociétale???????????
    Conclusion: les enfants ne sont pas condamnable.

  17. Arnold dit :

    Dérive en milieu scolaire, c’est le nouveau sujet qu’ils trouvent à mettre d’activité,ils cherchent des sanctions lourdes pour des jeunes qui sont juste dans des delirs de la jeunesse pendant qu’eux mêmes legalisent des actes abominables bafouant ainsi la bonne moralité. Tout ça c’est de la distraction. Resolvez les vrais problèmes dans lesquels vous avez mis ce pays

  18. Darcy Ntsoumou dit :

     «ces initiatives heurtent frontalement la morale de nos traditions, us et coutumes héritées de notre patrimoine culturel».
    Dit le gouvernement et l’homosexualité dans tout ça ? J’ai souvent vu les seins des femmes dehors que ce soit dans des anciens films africain ou lors des balais de danses traditionnels mais jamais au grand jamais d’homosexuels. Il faut dire que la population ne sait pas où sont les vrais fautifs. De grâce ne soyons pas à l’origine de la destruction de l’avenir de ces enfants juste pour faire plaisir aux gens qui se foutent de nous. J’ai l’impression que dans ce pays les gens souffrent du syndrome de Stockholm.

  19. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Dans un passé assez près de nous : Bizutage,phénomène des cascadeurs, voiture noir dans les lycées, transes dans les salles de classe, orgie dans les amphithéâtre, ivresse en milieu scolaire, moyenne sexuellement transmissibles ont meublés les passions et les envies de nos chers mwanas. Et maintenant en 2021 nous assistons au « Twerk ». ce qui s’attendait à une année 2021 moins chaotique que 2020 ont vite fait de déchanter car l’Education nationale nous prouve le contraire. Mais pourquoi sommes nous à nouveau dans ce tourment ? parce que gouverner c’est prévoir. Sur les fléaux cités plus haut combien ont fait l’objet d’une application ferme des textes qui pourtant existe. La résurgence d’une maladie s’explique simplement par le fait qu’elle n’a pas été soignée convenablement par le passé. Ont a comme l’impression au Gabon que l’on attend la providence pour solutionner les problèmes.

    1-Comment l’ont peut s’étonner de tels dérives dans nos établissements ou de ceux qu’ils en reste lorsque les ratio enseignants-élèves ou élèves-surveillants correspondent par exemple à une seule voiture de ramassage des ordures ménagères qui doit sillonner tout le 3eme arrondissement de lBV.

    2-Coment connaissant toutes les dérives liées à l’usage des réseaux sociaux l’on ne peut trouver ou prendre des textes rigoureux visant a règlementer l’usage du téléphone portable en milieu scolaire. Il s’agit ici de préserver le milieu scolaire, donc aucun téléphone à l’école. Infliger des amendes à tout contrevenant.

    3- Gabao est une pays particulier ou toutes les décisions prisent à l’échelle publique relève de l’énigme. A ce titre compte tenu de la décrépitude des mœurs et singulièrement en milieu scolaire pourquoi ne pas faire un recrutement militaire ou policier spéciale milieu scolaire avec pour tâches de surveiller les établissements de jour comme de nuit.

    3- Dans le cadre des associations des parents d’élèves et particulièrement pour les parents qui souvent prennent la part de leurs enfants fautifs, ils convient très sincèrement d’exclure ce genre de parents des APE. Parce que on ne peut vouloir une chose et son contraire.

    3- les dirigeants doivent savoir que la moralisation de la société gabonaise est urgente. Le Gabonais est sociologiquement malléable et très influençable. L e risque est tres tres grand lorsque la souche est touchée et cette souche ce sont nos enfants. Cette souche est malheureusement déjà très touchée n’en déplaise à qui ne veut l’entendre. Aux dirigeants de la sauvée sous peine je vous assure de subir les foudres du Dieu tout puissant (pour ceux qui ont peur de lui bien sur). Amen.

  20. C’est juste pour ce genre de choses que le gouvernement montre qu’il est fort ces incapables responsables de la situation chaotique du pays ne sait rien faire en se qui concerne leurs devoirs vis-à-vis du peuple qu’il ne cesse de martyriser et de traumatiser ces femmes soumises qui ne réfléchissent pas d’eux même,qui sont incapables de résoudre le mystère qui perdure derrière la mort de ketch oboro ne prouve leur capacité que dans des choses que même un vigile peut gérer

  21. Jean .jacques dit :

    Imbécile passe par ce cancre makaya Bongo n’a jamais gérér le Gabon seul tes vieillards ping myboto. Eyeghe.jacky ont pillés le Gabon.ici il ne s’agit pas président mais du comportement de analphabètes qui pensent que internet pour publier les betises.Quand le Gvmt va contrôler accès a internet on dit dictateur.sanction de liberté.

Poster un commentaire