mdas

 

Le ministère des Eaux et Forêts va organiser, du 15 au 17 décembre à Libreville, ‘’Les Assises nationales sur la gestion du Conflit Homme-Eléphant’’. Cette grand-messe vis à arrêter de manière consensuelle et concertée la stratégie et le plan d’action national pour améliorer la sécurité alimentaire des populations tout en préservant la faune.

Le Gabon veut arrêter une stratégie et le plan d’action national en vue d’atténuer les conflits homme-éléphant. © D.R.

 

Face aux effets néfastes du conflit homme-faune, le gouvernement a décidé de s’attarder sur cette question. Le ministère des Eaux et Forêts va organiser, du 15 au 17 décembre à Libreville, ‘’Les Assises nationales sur la gestion du Conflit Homme-Eléphant’’. Au Gabon, depuis de nombreuses années, ce conflit a pris des proportions inquiétantes. Sur la période allant de 2016 à 2020, environ 9000 plaintes écrites et orales ont été enregistrées par l’administration de Lee White. Ces plaintes et les nombreux post sur les réseaux sociaux décrivent l’ampleur et la récurrence de ce conflit.

«La quasi-permanence du conflit homme-éléphant qui se caractérise entre autres par la précarité́ des populations, l’absence de retombées positives et la recrudescence du conflit constituent à la fois un blocage à la mise en œuvre de la politique de la conservation et risque potentiel d’instabilité́ politique et sociale», a souligné le ministère des Eaux et Forêts. Ces assises permettront ainsi d’arrêter de manière consensuelle et concertée la stratégie et le plan d’action national mettant en exergue les actions fortes prises par le gouvernement afin d’améliorer la sécurité alimentaire des populations et à la fois préserver la faune, qui joue un rôle essentiel dans la régénération des écosystèmes.

Les conclusions issues de ces travaux permettront ainsi de renforcer les mesures d’atténuation des conflits homme-éléphant. Il s’agit notamment de la construction des clôtures électriques, l’indemnisation et la révision du décret sur les battues administratives. Au Gabon, les conflits homme-éléphant sont favorisés par le braconnage, l’exploitation forestière anarchique et les changements climatiques. Ces conflits ont généralement pour conséquences des agressions, blessures et pertes en vies humaines.

Ce qui suscite à la fois la transhumance des populations et les revendications de celles-ci, notamment sur la sempiternelle question de l’insécurité́ et de l’occupation des terres cultivables par les pachydermes. A cela s’ajoutent la destruction des cultures vivrières et d’autres biens, impactant assez considérablement le développement agricole.

 
GR
 

5 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    La destruction de notre forêt fait en sorte que l’éléphant se rapproche de plus en plus de nos villages. Il manque désormais de repères. Il n’est pour rien dans les tensions palpables. C’est plutôt l’homme (ou plutôt ceux qui détruisent nos forêts) qui en sont responsables à 100%.

  2. Serge Makaya dit :

    Pourquoi ces tension n’existaient pas par le passé ? Réponse: parce que nos forêts n’avaient pas encore eu à connaître un tel désastre. Mettez vous bien en tête que l’éléphant n’est pour rien dans les tensions actuelles. L’homme est responsable de son malheur. L’animal ne suit que son instinct.

    Autre chose qu’il est bon de connaître: nos forêts que détruisent les multinationales françaises et autres pays du reste du monde comme la Chine regorgent de richesses insoupçonnées. Nous avons tort de laisser détruire notre forêt. Elle a 100 mille fois plus de valeur que le pétrole. Comprennent qui voudra bien…

  3. SERGE MAKAYA dit :

    Ne négligeons pas aussi le peuple de la forêt : les Pygmées, nos frères que beaucoup veulent considérer comme des sous-hommes. ILS NE LE SONT PAS ET NE LE SERONT JAMAIS. ILS SONT HOMMES AUTANT QUE NOUS AVEC LEUR PROPRE RICHESSE CULTURELLE. Respectons les SVP.

    Savez-vous seulement qu’on peut bien mettre en place des projets TOURISTIQUES avec ces Pygmées ? Projets qui pourraient rapporter BEAUCOUP D’ARGENT au Gabon ? Ne vous contentez plus seulement de vos matières premières. Faites travailler au moins votre matière GRISE pour mettre en place ce genre de projets touristiques RENTABLES.

    EXEMPLE : Construire une cité en pleine forêt pour touristes qui aimeraient vivre une expérience avec ce peuple Pygmée. Il faudra donc préparer ce projet où seront aussi impliqués les Pygmées. Il faudra améliorer leur conditions de vie en Forêt. Les mêmes Pygmées pourront proposer à ces touristes leur savoir. C’est possible un tel projet, il suffit de réfléchir. Vous verrez que ça aura du succès, je vous le promets.

Poster un commentaire