mdas

 

La première édition du Festival international du livre gabonais et des arts (Filiga) se tiendra du 25 au 27 mars à Libreville. Initié par un collectif d’écrivains membres de l’Union des écrivains du Gabon (Udeg), cet évènement vise à célébrer la culture et être une plateforme d’échanges pour dégager des pistes de solutions aux maux qui minent la jeunesse.

Rosny Souaga (gauche) présentant les contours du Filiga, le 21 mai à Libreville. © Gabonreview

 

Projet culturel majeur, le Festival international du livre gabonais et des arts (Filiga) se tiendra du 25 au 27 mars à Libreville. Initié par un collectif d’écrivains membres de l’Union des écrivains du Gabon (Udeg), cet évènement a pour objectif de célébrer la culture et positionner le livre et les arts comme produits d’émancipation intellectuelle auprès de la jeunesse et la population en général.

La première édition du Filiga se tient sous le thème “La contribution livre à l’éveil citoyen de la jeunesse“. «Ici, le Filiga se propose de répondre à la problématique de l’incivisme dans nos pays en incluant l’apport du livre pour une jeunesse responsable», a expliqué le directeur artistique du Filiga. «Cette thématique contribuera à orienter positivement l’influence des jeunes, aussi bien que des adultes, les uns sur les autres, afin d’assurer la pleine participation de chacun à la vie sociale en tant que partenaire utile à part entière», a indiqué Rosny Souaga.

11 pays invités

Conférences, lectures, dédicaces, cafés, ateliers de formation, expositions de livres et visites, sont autant d’activités prévues à cet évènement de 72 heures. «Autour du thème et sous thèmes retenus, les écrivains, artistes, enseignants et universitaires exposeront des réflexions devant un public. Des échanges s’en suivront pour dégager quelques éclairages sur les problèmes qui minent jeunesse aujourd’hui», a souligné Rosny Souaga.

Le festival enregistrera la participation de 11 pays : France, Canada, Tchad, RDC, Bénin, Congo, Sénégal, Côte d’Ivoire, Cameroun, Burkina Faso et Centrafrique. Au cours de cette 1re édition, le Filiga distinguera des hommes et femmes ayant marqué la culture, la littérature et l’art gabonais, africain et mondial. Par ailleurs, «avec le soutien de généreux donateurs, le Filiga effectuera la dotation en livres dans les bibliothèques des établissements primaires, secondaires et universitaires ainsi que les orphelinats», a conclu Rosny Souaga.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire