TATIE

Le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, a procédé ce 25 septembre, au lancement officiel des travaux de La Transgaboaise.

Le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, lançant, le 25 septembre 2020, les travaux de la route économique «La Transgabonaise». © Primature gabonaise

 

Annoncés il y a quelques temps par le président Ali Bongo Ondimba, les travaux de la route économique dénommée «La Transgabonaise» ont démarré, ce 25 septembre, avec les premiers coups de pelleteuse donnés par le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda.

La première phase de l’étape 1 de ce projet d’envergure, selon la Primature, concerne 81 km de route allant du PK 24 au PK 105. Les travaux démarreront en priorité sur le tronçon PK 50 – PK 75, puis sur le tronçon PK 75 – PK 105 et enfin sur l’axe PK 24 – PK 50, une fois les études environnementales achevées.

«Le gouvernement va suivre pas à pas la construction de cette route. Nous avons également demandé à l’opérateur de faire participer les PME-PMI. Il s’agit d’un vaste programme qui va nécessiter l’appui de ces entreprises qui sont le fleuron d’une économie. Les faire participer dans un contexte de crise sanitaire permettra de booster notre économie et de créer des emplois», a déclaré Rose Christiane Ossouka lors du lancement des travaux.

Figurant parmi les principaux projets du second mandat d’Ali Bongo, «La Transgabonaise» est présentée par le ministre des Transports et des Infrastructures, Léon Armel Bounda Balonzi, comme «la colonne vertébrale qui va impulser le développement harmonieux du Gabon». «Cette route va traverser près de 6 provinces, soit 60% du pays», a-t-il récemment précisé, ajoutant que «comme l’a promis le président de la République, les impacts d’un tel projet seront manifestes et vont changer, de façon significative, la vie des Gabonais et celle de ceux qui vivent au Gabon».

A travers le lancement des travaux, le président Ali Bongo Ondimba entend tenir parole malgré une conjoncture économique particulièrement difficile liée notamment à la pandémie de Covid-19, mais aussi à la baisse des cours du pétrole.

Longue de 780 km, La Transgabonaise reliera Libreville à Franceville. Selon des sources de la Primature, ce chantier a fait l’objet de plusieurs études d’impact, études complémentaires et des séances de travail entre le gouvernement et les partenaires techniques, notamment l’entreprise adjudicataire, la Société Autoroutière du Gabon (SAG). Les travaux devront être livrés en 2023.

 
GR
 

20 Commentaires

  1. SERGE MAKAYA dit :

    Ecrivez plutôt: LANCEMENT DE LA TRANSNOURREDINE pour la mascarade électorale de 2023. A Ntare Nzame !!!

  2. Didier dit :

    Curieuse livraison qui coïncide avec l’élection présidentielle de 2023. Je n’y crois pas.

  3. Ulys dit :

    Vous n’arrivez pas à réaliser les fameux 5000 logements par an, et c’est une transgabonaise que vous pensez livrer en 2023 ?

  4. Christophe dit :

    On appelle ce genre de projet de l’enfumage. Arrêtez de mentir au peuple gabonais. Le mensonge est votre gagne pain. Mais le mensonge appauvrit ke peuple gabonais.

  5. Pascal NGOUA dit :

    C’EST BIEN DOMMAGE QUE LE RIDICULE NE PUISSE PAS TUER.

  6. Jacouille dit :

    Un projet aussi gigantesque , c est en général le PR qui le lance ! vraiment étonnant

  7. Jean jacques dit :

    Vraiment quand la haine et l’ignorance occupent une place importante dans les têtes des partisans de ce vieillards ping on dit les betises

    • Yvon dit :

      Tu gagnes combien des Valentin-Bongo pour venir ici raconter des bêtises ? Car des bêtises comme tu l’écris, c’est toi qui en fais plutôt.

      Il faut être vraiment maboule pour croire à de tels mensonges. Des anciennes promesses d’Ali Bongo, où sont-elles ? Vous jouer avec le TEMPS pour pouvoir arriver en 2023 où vous aurez déjà tout manipulé pour la réussite présidentielle de vos gens (Nourredine ou Junior). Et les français sont derrière cette nouvelle mascarade électorale.

  8. Mousavou dit :

    Mais pourquoi tous les vastes projets depuis 2009 ne vont jamais à terme, parlons seulement des infrastructures.
    – Les barrages dont le financement avait été déjà décaissé des caisses de l’etat.
    – La route Port-Gentil – Libreville
    – La route Ndende-Tchibanga
    – La route Tchibanga-Mayoumba
    – Les 5000 logements
    Complétez la liste svp.

  9. matho dit :

    Quelqu’un peut il , ici, me donner le tracé exact de cette route? Avec les villes et/ou villages qu’elle va traverser.

  10. Vivien kaly dit :

    C’est juste pour continuer à vous faire croire que BOA est vivant. Et pendant ce temps, la France et le Maroc finalise le plan de la mascarade de la présidentielle de 2023. C’est effectivement Junior Sassou ou Nourredine Valentin qu’ils choisiront comme président du Gabon. La balance penche plus du côté de Nourredine, puisque sa mère adoptive est française.

    Je tiens cette information d’un Bongo (vous savez qu’ils sont nombreux) dont je ne donnerai pas l’identité.

  11. Jean jacques dit :

    Votre haine va vous tuer tous hier c’etait Ex Accrombessi.Après le tour de lacruche maintenat c’est Nourende.vous êtes tellement idiots et criminel.vous passer votre temps a fabriquer vos betises mensonge.de votre vieillard chinois

  12. Christelle Mbeng dit :

    Mdrrrrrr.780 kms? SAG? AF…CONS? Quelle bonne blague! 🤣

  13. JAMES DE MAKOKOU dit :

    CETTE BENINOISE NATURALISEE GABONAISE VA AUSSI S’Y METTRE POUR SE MOQUER DE CE PAYS QUI LEURS A TOUT DONNER ET QUE TOUS S’EN MOQUE EN COMMENçANT PAS LE BIAFRAI MALADE ET SA BANQUE.. DECIDEMENT ON AURAIT DES DIFFICULTEES DE RECUPERE NOTRE PAYS ET LE RECONSTRUIRE COMME ON AIMERAIT TANT QUE CES BENINOIS, MALIENS, CAMER, SENEGALIS ET LES AUTRES RESTERONT ET ESPERERONT DE DES POSTES IMPORTSANTS DANS CE PAYS.. A QUAND VA-T-ON FAIRE COMME LES AUTRES .. LES MALIENS PAR EXEMPLE QUI ON DESTITUER UN MALIEN NATURALISER GABONAIS POUR AVOIR LES MARCHERS.. IL A CHOISI DE DEVENIR GABONAIS QUAND CELA LUI ETAIT FAVORABLE ET MAINTENANT DE RETOUR DANS SON PAYS.. PERSONNE NE LUI FAIT CONFIANCE POUR AVOIR DELAISER SA NATIONALITE AU PROFIT DE L’ARGENT A FAIRE AU GABON.. ET AYANT POUR CE FAIRE INVESTI DANS SON PAYS D’ORIGINE ET IL A SEMBLE-T-IL VOULU CORROMPRE LES NOUVEAUX DIRIGEANTS MAIS SANS SUCCCES… OUI C’EST AINSI SONT LES OSSOUKA

  14. Ernest dit :

    Même si c’était réalisable, pensez-vous que ce soit vraiment une priorité quand nos enfants n’ont pas d’écoles pour apprendre ?

  15. bassomba dit :

    Vivement que ce projet aboutisse! J’y crois et cela d’autant plus qu’il y a des élections à la clé

Poster un commentaire