GR

La Fédération gabonaise de handball (Fegahand) va se faire expulser de son siège à Libreville, pour plusieurs mois impayés de loyer. L’instance dirigée par Ange-Marie Makilat va déménager au Palais des Sports.

La Fegahand va solliciter bientôt une installation au Palais des sports à Libreville. © Twitter

 

Rien ne va plus à la Fédération gabonaise de handball (Fegahand) qui va se faire expulser de son siège à Libreville, pour impayés de loyer. L’instance dirigée par Ange-Marie Makilat s’est vue accorder un sursis par le bailleur, pour libérer les lieux.

«N’ayant plus les moyens de continuer à payer le loyer de notre siège, nous avons tout de même obtenu le préavis du propriétaire et allons solliciter la tutelle sportive nationale pour une installation provisoire au Palais des Sports», a annoncé Ange-Marie Makilat, dans L’Union du 1er avril.

Une situation traduisant la période difficile que traverse cette fédération abandonnée à elle-même, car privée de subvention et toute aide des partenaires. Et la crise sanitaire due au Covid-19 n’est pas pour arranger la situation déjà compliquée, avec la suspension des championnats semi-pro et élite.

«La saison sera difficile à rattraper et les différents acteurs du handball national sont en manque depuis des mois. Mais le plus important est de remporter ce combat mondial. Il y aura ensuite suffisamment de temps pour reprendre de cours des activités qui, aujourd’hui, sont secondaires par rapport aux vies qu’il faut sauver ou préserver», a affirmé Ange-Marie Makilat.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Ikobey dit :

    Où sont passées les cotisations et autres subventions ?

Poster un commentaire