GR

Un consortium de sept géants des télécoms et de l’Internet a annoncé, le 14 mai, la construction d’un câble sous-marin de 37.000 km, baptisé 2Africa. Il reliera 23 pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Europe. Objectif : améliorer la résilience et maximiser la performance au sein des régions qu’il traversera.

Un consortium de géants des télécoms et de l’Internet, construira l’un des câbles sous-marin le plus longs au monde de 37.000 km, baptisé 2Africa. © 2Africa

 

Les Africains, parmi lesquels les Gabonais vont bientôt bénéficier d’un meilleur accès Internet, grâce à un consortium de géants des télécoms et de l’Internet (China Mobile International, Facebook, MTN GlobalConnect, Orange, Telecom Egypt, Vodafone et WIOCC).

Ce projet de câble, intégralement financé, permettra d’améliorer de façon significative la connectivité dans ces deux régions du monde. Présenté comme l’un des plus longs au monde, il reliera l’Europe de l’Ouest au Moyen-Orient et à 16 pays d’Afrique, parcourant la Méditerranée, la mer Rouge, le golfe d’Aden, la côte africaine de l’océan Indien jusqu’au cap de Bonne-Espérance, pour remonter l’océan Atlantique jusqu’en Grande-Bretagne.

«Le projet de câble sous-marin a pour objectif d’augmenter considérablement la capacité, la qualité et la disponibilité de la connectivité Internet entre l’Afrique et le reste du monde. Ceci est particulièrement important pour un continent qui a toujours été derrière la moyenne mondiale de pénétration d’Internet. Le projet soutiendra également le futur accès haut débit mobile et fixe. Cela aidera les dirigeants africains à mettre en œuvre leurs visions 2030 et à relever de nombreux défis liés aux ODD liés en fonction de la connectivité Internet», assurent les partenaires au projet.

Les pays africains qui seront connectés par 2Africa. © 2Africa

D’une longueur de 37 000 km, 2Africa sera l’un des plus grands projets de câbles sous-marins au monde et interconnectera l’Europe (vers l’est via l’Égypte), le Moyen-Orient (via l’Arabie saoudite) et 21 débarquements dans 16 pays d’Afrique. Le système devrait être mis en service entre 2023 et 2024, offrant plus que la capacité combinée totale de tous les câbles sous-marins desservant l’Afrique aujourd’hui.

Il fournira la capacité et la fiabilité Internet indispensables dans de grandes parties de l’Afrique, complétera la demande de capacité en croissance rapide au Moyen-Orient et soutiendra la croissance future de la 4G, 5G et de l’accès haut débit fixe pour des centaines de millions de personnes. Les parties prenantes au projet ont choisi de confier la construction du câble à Alcatel Submarine Networks (« ASN »).

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Nous attendons impatiemment cela, c’est une bonne chose pour le marketing digital et la communication dans le marché gabonais et international, à vos marques prêt et partez…

Poster un commentaire