HABANA

 

Visiblement exaspéré par le maintien de la mesure d’interdiction des rassemblements de plus de 30 personnes, donc de la tenue des concerts, le chanteur à succès a, dans un style ironique, tenté de faire comprendre aux autorités gabonaises qu’ailleurs en Afrique les activités culturelles avaient repris en dépit du contexte sanitaire. Il dit aussi les attendre au tournant, d’autant qu’elles semblent avoir validé les concerts en décembre, à Libreville, de Fally Ipupa et Dadju.

Le «Phénoménal» Ndong Mboula. © D.R.

 

Depuis plus d’un an, plus aucun concert populaire n’a été organisé au Gabon, en dehors de quelques organisations privées dont certaines ont d’ailleurs écopé d’amendes, à l’instar d’AFJ Production et de la structure hôtelière Nomad, à Libreville. En mars 2020, pour faire face à la pandémie de coronavirus, le gouvernement avait en effet interdit les rassemblements de plus de 30 personnes. Depuis, la mesure n’a jamais été levée, ce qui n’est pas pour plaire aux artistes musiciens notamment.

Un des plus en vue depuis quelques années, Ndong Mboula, n’a pas caché son mécontentement mardi. Sur Facebook, il a posté deux affiches des concerts de Fally Ipupa et Dadju prévus à Libreville, respectivement les 4 et 18 décembre 2021.

«J’attends les autorités gabonaises au tournant. Les rassemblements de plus de 30 personnes sont toujours interdits. On va se donner des coups de tête ici dehors. Ne suivez pas mon petit corps-là !» a-t-il posté sur le ton de l’humour. Un post qui cache mal le malaise du «Phénoménal» qui est privé de son public depuis trop longtemps quand des artistes sont sans cesse annoncés pour une prestation dans son propre pays. Commentant le post du chanteur gabonais, certains internautes ont regretté une forme d’injustice.

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire