mdas

Le Gabon est présent à l’exposition «Design en Afrique, s’asseoir, se coucher et rêver», du 10 octobre 2012 au 14 juillet 2013 au musée Dapper, à ParisLe Gabon à travers ses meilleurs designers traditionnels, Antonio Pépin et Christian Ndong Menzamet et leur œuvre inspirée du masque gabonais « Ngil », prend part à l’exposition «Design en Afrique, s’asseoir, se coucher et rêver», du 10 octobre 2012 au 14 juillet 2013 au musée Dapper, à Paris.

Antonio Pépin et son compatriote Christian Ndong Menzamet, prennent part, aux côtés de plusieurs artistes designers du continent, au grand rendez-vous du design contemporain africain qui se tient au musée Drapper, à Paris, jusqu’au 14 juillet 2013. Au cours de cette manifestation, des conceptions d’œuvre traditionnelles et contemporaines sous plusieurs formes sont dévoilées pour répondre au confort des uns ou au prestige des autres.

Intitulée «Design en Afrique : s’asseoir, se coucher et rêver», l’exposition comprend une centaine de pièces, majoritairement des objets supportant le corps : tabourets, chaises, fauteuils, lits, bancs, appuie-tête ou supports de rêves… tous marqués par les façons de vivre des utilisateurs et par leur statut.

Au cours de cette exposition, Christian Ndong Menzamet et Antonio Pépin proposeront une bibliothèque par thermoformage et découpe du bois au laser inspirée du « Ngil ».

Selon le commissaire de l’exposition, Christiane Falgayrettes-Leveau «Design en Afrique ne vise nullement la confrontation de l’ancien et du nouveau, mais essaie de montrer combien les besoins du quotidien stimulent depuis toujours la créativité. L’art du design, ouvert à des pratiques telles que l’installation réservées jusqu’alors à d’autres modes d’expressions plastiques, favorise ainsi l’émergence d’esthétiques nouvelles qui entretiennent souvent un dialogue original avec les cultures traditionnelles».

L’environnement immédiat est plus qu’une source d’inspiration pour ces designers qui sont, entre autres, Kossi Assou, Nicolas Sawolo Cissé, Issa Diabaté, Cheick Diallo, Alassane Drabo, Balthazar Faye, Iviart Izamba, Ousmane MBaye, Vincent Niamien, Antonio Pépin et Christian Ndong Menzamet, Jules-Bertrand Wokam.

Ces derniers, utilisant largement la récupération, n’hésitent pas à travailler avec des artisans locaux, fondeurs et soudeurs. Non seulement ils bénéficient de leurs connaissances, mais ils contribuent aussi à mettre en lumière des savoir-faire qui se transmettent de génération en génération. En recyclant matériaux et produits manufacturés, les artistes affirment un style, mais également un regard et une prise de conscience sur l’environnement urbain.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire