HABANA

 

Didier Ndong n’a pas payé le loyer de son club à Libreville depuis belle lurette. L’international gabonais a été sommé, le 30 mars, de payer une facture de 10 millions de francs CFA et libérer les locaux du Club sportif de Libreville (CSL) situé à Mont-Bouët.

Didier Ndong cumule 10 millions de FCFA d’arriérés de loyer de son club sis à Mont-Bouët, dans le 3e arrondissement de Libreville. © Facebook

 

Après sa fugue du casernement de la sélection nationale, Didier Ndong fait encore parler de lui négativement. L’international gabonais est dans la ligne de mire du bailleur des locaux de son club à Libreville. Henri Thytiss Morethy réclame au joueur 10 millions de francs CFA d’impayés de loyer du Club sportif de Libreville (CSL).

«Cela fait près de trois ans que le local est bloqué. C’est celui de mon père, un grabataire de 78 ans. Avec les galères du Covid, je suis obligé de subvenir aux besoins de ce dernier alors qu’il a des loyers dans le marché Mont-Bouët, dont l’un est bloqué par Didier Ndong. Ce dernier pense que le propriétaire du local n’a pas d’enfants ? Et bien il se trompe, car mon père m’a chargé personnellement de récupérer ce local et les impayés de loyer par tous les moyens légaux. Ce n’est pas tout de porter le maillot de l’équipe nationale et celui de Dijon. Il faut qu’il paye le loyer et restitue le local. Tant qu’il ne l’a pas fait, je serai toujours derrière lui de jour comme de nuit pour le traquer», a affirmé Henri Thytiss Morethy, le 30 mars à Libreville.

Association sportive créée en 2017 par Didier Ndong, le CSL évolue en D3 de la ligue de football de l’Estuaire. Cette affaire d’impayés de loyer semble pour le moins surréaliste, connaissant la puissance financière du joueur qui perçoit quand même 52,4 millions de francs CFA mensuels bruts à Dijon (D1 française). À l’intéressé d’éclairer l’opinion sur cette triste histoire.

 
GR
 

5 Commentaires

  1. Okoss dit :

    Fait divers maintenant dans GR..kiakiakia

  2. Don Carlos Kint dit :

    Je crois, que l’affaire nous est mal présentée car il y a des dessous qu’on ignore sans oublier la période sans club du joueur avant de se relancer donc qu’ils reglent cette affaire entre eux sans qu’un média en profite pour salir l’image d’une personne et entretenir son lectorat.

  3. Le Gabon dit :

    Je suis entièrement d’accord avec toi Don Carlos…

Poster un commentaire