TATIE

 

Un grave incendie s’est déclenché ce 6 août dans l’après-midi, dans l’enceinte du stade omnisports Omar Bongo, situé dans le 3e arrondissement de Libreville. L’origine du feu est encore inconnue mais l’ampleur du nuage de fumée, visible à des kilomètres à la ronde, à laissé supposer des dégâts énormes. Il n’en est vraiment rien.

Aperçu du nuage de fumée dans l’enceinte du stade omnisports Omar Bongo, le 6 août 2020 à Libreville. © Capture d’écran / Gabonreview

 

près-midi noir au stade omnisports Omar Bongo. Un violent incendie s’est déclaré au sein cette infrastructure emblématique situé dans le 3e arrondissement de Libreville, le 6 août en début d’après-midi. Le nuage de fumée était visible à plus de 5 km à la ronde, signe de l’ampleur de ce feu non maitrisé. Dans les faits, ce sont des immondices plastiques qui ont brûlé.

© Capture d’écran / Gabonreview

Jusqu’en début de soirée, les sapeurs-pompiers n’avaient pas encore circonscrit les flammes. L’intervention des soldats du feu a été rendue difficile par la carence en matériel et l’absence de bouches d’incendie dans la zone. Pour l’heure, les causes de la mise à feu de l’énorme tas d’ordures sont encore inconnues. Mais la police scientifique, présente sur les lieux au moment du drame, devrait ouvrir une enquête pour essayer de déterminer l’origine de l’incendie.

Les flammes se sont déclenchées dans l’enceinte du stade à proprement parler. Mais images de la vidéo amateur du drame, largement relayée sur les réseaux sociaux, ont laissé supposer que le sinistre a pu atteindre le matériel ou la base-vie érigée dans le cadre des travaux de reconstruction du stade, à l’arrêt depuis 2012. Au terme du travail des pompiers, il a été constaté que le matériel et la base-vie n’ont pas été touchés.

Ayant vibré au rythme des rencontres de la sélection nationale, le stade omnisports Omar Bongo n’avait, depuis plusieurs années, plus rien d’emblématique si ce n’est son glorieux passé. En tout cas, de l’avis de nombreux connaisseurs techniques, l’arrêt du chantier depuis 2017, les intempéries et le vieillissement des matériaux non protégés, nécessitent une destruction totale de ce qui subsiste de l’infrastructure. Déjà, un peu avant la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2017, la Confédération africaine de football (Caf) avait pointé des nombreuses contrefaçons de l’infrastructure en reconstruction.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Lavue dit :

    Quand on veut à tout prix voler l’argent public avec des sociétés bidons comme SOCOBA de Balloche, voilà le résultat. Souvenez-vous des défauts sur les faux-échangeurs de la voie expresse. Dans des boîtes comme SOCOBA, on est dans la Françafrique de très bas niveau. Ce sont des boîtes sans réelles expertises, sans ingénieurs sortis de grandes écoles, sans techniciens diplômés. On y trouve plus des Français sans profil adapté, des reconvertis de tous poils, au service du régime en place et dont les but est de s’accaparer les marchés publics. Si la CAF n’était pas intervenue pour déceler et présenter les failles de la construction de ce stade on l’aurait tranquillement livré aux Gabonais. Je n’ose pas imaginer la suite. Voyez-vous, comment peut-on gérer avec légèreté un tel projet?
    Tout ça est à l’image de ceux qui nous gèrent. Des personnes nulles et intéressées par leurs propres petits intérêts. Pas de grands hommes, or pour bâtir un pays fort et prospère il faut des grands hommes avec des grandes qualités et de l’amour pour le pays, regardez KAGAME au RWANDA (no comment). Etre chef des loges maçonniques et autres croyances importées de l’occident, adepte de la magie noire (Vaudou béninois) ne suffisent pas et très souvent en absence de valeur intrinsèque ça finit même par abrutir les adeptes. Les faits sont là.

    Pauvre Gabon.

  2. moundounga dit :

    Bjr. Je valide. Amen.

  3. JAMES DE MAKOKOU dit :

    BRAVO..
    JE DOIS DIRE QUE JE SUIS CONTENT ET SI CONTENT QUE SE STADE AIT PRIS FEU ! CAR IL EST COMME LES AUTRES PROJETS UNE ESCROQUERIE INSTITUER PAR LE SYSTEM BONGO POUR VOLER OUVERTEMENT L’ARGENT DU PEOPLE GABONAIS SOUS LEURS YEUX AVEC LA COMPLICITE DES CORSES QUI SONT PLEIN DANS CETTE SOCIETE SOCOBA ET LES AUTRES SOCIETES DITES DE SECURITES ET COMMERCIALES ..ET TOUT CE QUI PILLULES DANS CE PAYS POUR FAIRE DE L’ARGENT

    BLA ETAIT CELUI QUI POUVAIT NOUS SORTIR DE CETTE SITUATION MAIS IL A DEVIER EN COUR DE ROUTE SON OBDJECTIF … LE POUVOIR REND FOU QUAND C’EST PAS CHEZ TOI

  4. Mamiwata dit :

    Il y a des ingénieurs gabonais très compétents à SOCOBA et au BUREAU VERITAS.

    SOCOBA et votre ami BONGO ne peuvent pas être responsables de tout.

Poster un commentaire