GR

11 agents de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) ont prêté serment au Palais de justice de Libreville, le 25 juillet. Les agents assermentés ont ainsi acquis le statut d’Officier de police judiciaire (OPJ), avec régime particulier, et vont intégrer la coordination générale du domaine portuaire.  

Un agent de l’Oprag prêtant serment au Tribunal de Libreville, le 25 juillet 2020. © Gabonreview

 

En prêtant serment au Palais de justice de Libreville, le 25 juillet, 11 agents de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) ont acquis le statut d’Officier de police judiciaire (OPJ), avec régime particulier. Main droite levée, debout devant la barre, les agents se sont prêtés au rituel du serment : «Je jure et promets de bien et loyalement remplir avec exactitude et fidélité, mes fonctions dans le respect des lois et règlements en vigueur et d’observer en tout temps les devoirs qu’elles m’imposent».

Les dirigeants de l’Oprag à la cérémonie, dont Apollinaire Alassa (devant à gauche). Et, la photo de famille à l’issue de la cérémonie. © Gabonreview

Après ce rituel, les agents assermentés sont désormais membres de la coordination générale des domaines portuaires. Celle-ci s’occupe de la gestion de tout le domaine portuaire sur les plans administratif, juridique et foncier. Plus précisément, ces agents seront directement en contact avec tous les amodiataires, qui sont des clients de l’Oprag. En leur qualité d’OPJ, ces agents peuvent dresser des procès-verbaux, coller des amendes aux amodiataires qui ne respectent pas les lois et règlements en vigueur établis par la réglementation interne de l’Oprag et les conventions internationales.

«C’est donc pour leur donner une certaine conscience et probité que les agents ont prêté serment, car il s’agit ici de gestion du domaine portuaire, avec des parcelles en jeu», a indiqué le directeur général de l’Oprag, présent à la cérémonie. «Il ne faudrait donc pas que les gestionnaires fassent dans la partialité, l’injustice ou l’enrichissement illicite. C’est la raison pour laquelle les OPJ ont prêté serment avant de prendre leurs fonctions, pour avoir à l’esprit la lourdeur de la charge qui leur incombe», a affirmé Apollinaire Alassa.

Dans le même sens, le tribunal a invité les agents à assurer leurs missions dans le strict respect de leur serment. Car, a prévenu la Cour : «en cas de dérives, vous serez jugés devant cette barre où vous venez de prêter serment».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire