mdas

Les essais réalisés ce jeudi 12 juillet en présence du président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, et de quelques membres du gouvernement gabonais, ont permis au Team Victory de Dubaï de partir en pole-position dans le cadre du Grand Prix Class 1 motonautique qui se déroule à Libreville, du 12 au 14 juillet.

Cette première étape de la compétition internationale motonautique Class 1 offshore obéissait à un principe: déterminer l’équipe qui partira en pole-position lors de la course en vue du classement au championnat du monde. En d’autre terme, il s’agissait du championnat Edox de pole-position.

Chaque équipe a ainsi été jugée selon le meilleur chronomètre qu’il a effectué sur le parcours.

A l’issue de ce challenge, alors que le team Spirit of Gabon connaissait des problèmes techniques à répétition devant son public, c’est l’équipe Victory qui s’est mieux classée avec un chronomètre de 3 minutes, 08 secondes et 39 centièmes, devant Fendi Racing (3 minutes, 12 secondes, 04 centièmes) et Team Abu-Dhabi (3minutes, 14 secondes, 89 centièmes).

Pour le lancement du championnat vendredi 13 juillet, ce sera Laure Olga Gondjout, qui donnera le coup d’envoi sur le started-boat, selon un membre de l’organisation.

La course se déroule sur deux jours et le vainqueur est celui qui rempotera les 40 points, à raison de 20 points par jour pour chaque épreuve.

Pour l’étape de ce jour les trois premières équipes ont reçu des trophées originaux taillées dans la pierre de Mbigou pour couronner leurs efforts.

Rappelons qu’une douzaine de pilotes en provenance de Turquie, du Brésil, de la Norvège, d’Angleterre, d’Italie, du Qatar, d’Oman et des Émirats Arabe Unis prennent part à cette course nautique, qui se présente comme l’équivalent de la Formule 1 des bateaux à moteur.

Des bateaux bimoteurs dont des puissances vont jusqu’à 1700 chevaux, V8 et V12, et pouvant atteindre plus 250 km/h.

Enfin, en attendant l’issue de la compétition qui détermine également le Champion du Gabon, le pays devrait recevoir son statut de membre définitif à la prochaine assemblée générale de l’ l’Union internationale motonautique (UIM), prévue pour se tenir en octobre de cette année en Grèce. Il rejoindra donc officiellement les 56 Etats membres de l’UIM, organe reconnu par le Comité International Olympique.

Cette première étape de la compétition internationale motonautique Class 1 offshore obéissait à un principe: déterminer l’équipe qui partira en pole-position lors de la course en vue du classement au championnat du monde. Chaque équipe a ainsi été jugée selon le meilleur chronomètre qu’il a effectué sur le parcours durant ces essais.

A l’issue de ce challenge, alors que le team Spirit of Gabon connaissait des problèmes techniques à répétition devant son public, c’est l’équipe Victory qui s’est mieux classée avec un chronomètre de 3 minutes, 08 secondes et 39 centièmes, devant Fendi Racing (3 minutes, 12 secondes, 04 centièmes) et Team Abu-Dhabi (3minutes, 14 secondes, 89 centièmes).

Pour le lancement du championnat vendredi 13 juillet, ce sera Laure Olga Gondjout, qui donnera le coup d’envoi sur le started-boat, selon un membre de l’organisation.

La course se déroule sur deux jours et le vainqueur est celui qui rempotera les 40 points, à raison de 20 points par jour pour chaque épreuve.

Pour l’étape de ce jour les trois premières équipes ont reçu des trophées originaux taillées dans la pierre de Mbigou pour couronner leurs efforts.

Rappelons qu’une douzaine de pilotes en provenance de Turquie, du Brésil, de la Norvège, d’Angleterre, d’Italie, du Qatar, d’Oman et des Émirats Arabe Unis prennent part à cette course nautique, qui se présente comme l’équivalent de la Formule 1 pour les bateaux à moteur, des engins bimoteurs dont des puissances vont jusqu’à 1700 chevaux, V8 et V12, et pouvant atteindre plus 250 km/h.

Le Gabon devrait recevoir son statut de membre définitif à la prochaine assemblée générale de l’ l’Union internationale motonautique (UIM), prévue pour se tenir en octobre de cette année en Grèce. Il rejoindra donc officiellement les 56 États membres de l’UIM, organe reconnu par le Comité international olympique.

 
GR
 

9 Commentaires

  1. pahe dit :

    et hop, un dessin sympa de cet évènement GRANDIOOOSE pour le Gabon,sur mon blog!
    http://pahebd.blogspot.com/#!/2012/07/f1.html

  2. Le citoyen libre dit :

    Le Gabon est vraiment tres avancé dans le gaspillage de l’argent pendant que les hopitaux n’ont pas de lits, les etudients n’ont pas de bonnes structures pour leur education, il n’y a pas de logement pour tous, pas d’infrastructures fiallables pour le devellopement du pays, Monsieur ALI Bongo s’amuse au bord de mer..!
    Non il est temps que cela s’arrete, nous sommes fatigués, le Gabon devient un Gadget hightech aux mains d’un enfant gaté.
    Qu’est que nous allons gagner avec cette competition sinon distraire le peuple et montrer à l’international que tout va bien au Gabon.

  3. JOJO 241 dit :

    Bonjour,
    Ca aide a distraire les gens!Peut etre que parmi les gabonais qui ont assisté à ca, il y avait des braqueurs qui ne sont pas allés au PK8 faire leur basses besongnes!Les trophées étaient en pierre de Mbigou!Quelques artisants ont percu de l’argent pour le faire! On ne pas pas passer notre temps à penser à la faim!
    On oubliait la faim pendant qu’on jouait aux billes!Ca nous rendait heureux et pourtant ca ne nous rapportait rien!
    Je sais que c’est vraiment con d’organiser de tels choses alors que le pays va mal!Mais positivons et gardons espoir! One day,One day!

    • seydou dit :

      ça c’est un commentaire qui peut faire avancer le chmiliblick…. tout le tableau n’est pas forcement noir, il ne faut pas occulter l’enrichissement culturel dont vont bénéficier les Gabonais qui auront bien voulu voir ces bolides de près…

  4. henri dit :

    Bel exemple de distraction, mais je pari que tous ceux qui sont là alignés au bord de mer n’ont chez eux ni quoi manger ou ni où dormir, mais sont quand même là pour assister au gaspillage de leur argent(contribuable), pendant que les gabonais crèvent dans les hopitaux à cause du manque de médicaments, et les étudiants croupissent dans les prisons parcequ’ils revendiquent leurs droits.

  5. Rank dit :

    Il parait que cette opération va coûter au Gabon 14 milliards CFA. On nous ment que tout est sponsorisé. Ce qui est faux. Lorsqu’on créé un trophée comme le Grand Prix du Gabon, les sponsors internationaux n’accourent que quand la chose a fait ses preuves. C’est pourquoi il n’y a que 12 bateaux, alors que le grand prix d’Abu-Dabi attire le triple en nombre de bateau. Le bateau Spirit of Gabon est piloté par un duo d’italiens plusieurs fois champion du monde. A combien paye-t-on ces pilotes? Je regarde toutes les chaînes internationales et je ne vois pas où on en parle. Donc quel retentissement pour l’image du Gabon, puisqu’on nous dit que ce sera ça le bénéfice. Et puis que fait Ali Bongo là? Il n’a pas de travail ou quoi? Sarko a trouvé son maître, en termes de président bling bling.

  6. scha dit :

    très franchement, je ne vois pas l’intérêt d’une telle compét’ chez nous! on a des problèmes bien plus importants ici!!! et si on parle de distraction, pourquoi ne pas nous construire justement avec cet argent des lieux propices pour cela? le gabon en manque cruellement au point que la seule vraie distraction consiste à aller se saouler dans les nombreux bars de notre capitale qui pullulent comme des essaims.

  7. sinotables dit :

    Je découvre une discipline olympique grâce à votre article. Merci à votre pays d’entrer dans la cour des « grands ».Bonne chance pour la suite! http://www.sinotables.com demeure au service des causes nobles.

  8. Muhammad dit :

    la plebe etait mme presente et demain ils se plaindront kil ya ds mankements dns le pays. subhanAllah!

Poster un commentaire