mdas

 

L’opération de lutte contre le trafic d’ivoire au Gabon vient d’enregistrer l’interpellation de trois nouveaux présumés trafiquants à Libreville.

Les deux pointes d’ivoires objets de trafic. © Conservation justice

 

Une opération conjointe de lutte contre le trafic des espèces animales protégées au Gabon, menée par les unités de la police judiciaire et de la direction de la lutte contre le braconnage avec l’appui de l’ONG Conservation justice, a permis le 26 mars dernier, d’interpeller trois présumés trafiquants d’ivoire à Libreville.

Il s’agit de DM et NMM tous deux de nationalité gabonaise établis dans la commune de Ntoum et de MTE, une Camerounaise domiciliée à Libreville au quartier Beau séjour. Selon les premières informations, ils auraient décidé de conclure la vente de deux pointes d’ivoires enfouies dans un sac dans un hôtel de la place. Mais les unités de police judiciaire et de la direction de la lutte contre le braconnage, bien déterminées à remplir leurs missions, vont être informées et mener minutieusement leur intervention.

Bienheureusement, la transaction n’a plus eu lieu puisque les mises en cause ont été arrêtés et conduits au poste de police où ils sont gardés à vue en attendant d’être entendus par le parquet spécial. Selon l’ONG Conservation justice, cette énième interpellation démontre l’existence du trafic d’ivoire et la nécessité d’agir pour réduire les effets des préjudices écologiques qui planent derrière le braconnage des espèces animales protégées au Gabon comme les éléphants. Les indélicats risquent jusqu’à dix ans de prison, conformément aux dispositions de l’article 338 du Code pénal en République gabonaise.

Les éléphants de forêts jouent un rôle important pour l’équilibre des écosystèmes et dans l’atténuation des effets du changement climatique. Ils sont en effet des aménagistes des forêts et participent ainsi à la régénération de la forêt en favorisant les essences de gros diamètre et ainsi le captage de carbone. Pendant les saisons sèches, les défenses des éléphants leur permettent de creuser et chercher de l’eau. De cette manière, ils créent aussi des ouvertures permettant à des nouvelles plantes de pousser et de créer une voie d’accès à l’eau pour d’autres animaux plus petits.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. […] Trafic d’ivoire d’éléphants : Trois présumés trafiquants en garde à vue à Libreville Share on FacebookTweetFollow us […]

Poster un commentaire