Des dizaines de blessées ont été enregistrés et trois morts dénoncés par les dirigeants du parti dissout, l’Union nationale de Zacharie Myboto, à l’issue de violents affrontements entre les forces de l’ordre et les partisans de cette formation politique. Ceux-ci tenaient à l’organisation du «grand meeting» annoncé par André Mba Obame à son arrivée à Libreville, le 11 août dernier. Le film d’un mercredi agité.

Manifestation à Cocotiers suite à l'appel d'André Mba Obame et de l'UN - © Joredan/Gabonreview.com

Le meeting que devait tenir André Mba Obame ce mercredi 15 août 2012 n’a pas eu lieu. La journée, débutée à 6h par la dispersion, à coups de matraques et de grenades lacrymogènes, des militants venus monter l’estrade, a été ponctuée d’affrontements et de courses-poursuites sporadiques autour du quartier Cocotiers où le rassemblement avait été annoncé.

Cocotiers le 15 août 2012 - © Gabonreview.com«Une quarantaine de nos gars qui avaient occupé le petit marché de Cocotiers (un quartier du 2e arrondissement de Libreville, ndlr) pour préparer le meeting ont été dispersés par six camions de police qui les ont bastonné après avoir lancé des grenades lacrymogènes», a indiqué un cadre de l’Union nationale (UN), le parti de l’opposition dissout dont Zacharie Myboto est le président et Mba Obame la super star.

En principe, la manifestation n’était pas autorisée. «L’ancien ministre de l’Intérieur (M. Mba Obame) sait qu’il faut demander une autorisation. Ils ne l’ont pas demandée. La manifestation n’est donc pas autorisée. Nous sommes les garants des libertés publiques», a indiqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Jean Eric Nziengui Mangala, à l’AFP.

Cocotiers le 15 août 2012 - © Gabonreview.comDurant une bonne partie de la journée, l’électricité a été coupée dans le triangle Cocotiers- Mairie de Libreville- Ancienne Sobraga où se trouve le siège de l’UN. Malgré le quadrillage de ce triangle par les forces de l’ordre, Gérard Ella Nguéma, le secrétaire exécutif adjoint de l’UN, a déclaré en début d’après-midi, «Nous irons à Cocotiers à 15h comme prévu. Arrivera ce qui arrivera !». Une heure et demi après l’heure de ce rendez-vous, une cohorte forte de 2 000 à 3.000 manifestants s’est ébranlée du siège de l’UN pour rallier le lieu du meeting en encadrant les leaders parmi lesquels on comptait Zacharie Myboto, Casimir Oyé Mba, Jean Eyéghé Ndong et Jean-Pierre Rougou, entre autres.

Cocotiers le 15 août 2012 - © Gabonreview.comA la question d’un journaliste qui rappelait que la marche ou le meeting n’avait été autorisé, le Dr Alphonse Louma, éminent membre de la société civile gabonaise et cadre de l’UN, a répondu : «Qui autorise quoi ? Non autorisé par qui ? Ce pouvoir est un pouvoir illégitime. Quand on dissout un parti légal, comment voulez-vous exiger que ceux subissent demandent une autorisation ? Hier, on a bien vu le pouvoir demander à des mineurs de marcher contre la conférence nationale. Et pourquoi, nous qui sommes pour la conférence nationale ne marcherions-nous pas ? Nous sommes dans une dictature, c’est clair ! Aujourd’hui, voilà qu’on est en train de s’en prendre à des militants d’un parti qui marchent pacifiquement.»

Sans doute par stratégie, peut-être aussi du fait de la pression humaine, les forces de l’ordre ont battus en retraite à plusieurs reprises après des échanges entre les tirs de grenades de type divers et le lancer de projectiles de tous genres. La violence a gagné en intensité autour du carrefour de Nkembo où quelques blessés ont été enregistrés et elle s’est poursuivie dans l’artère principale du quartier Cocotiers par une véritable chasse à l’homme, aussi bien des manifestants que des habitants.

Cocotiers le 15 août 2012 - © Gabonreview.com«Eric Etoughé, mon frère qui travaille à Petit Dubaï à la Zone industrielle a été embarqué alors qu’il était à la maison et ne manifestait même pas. On vient de l’amener on ne sait où», a indiqué un jeune habitant du quartier. «Des policiers avec des cagoules sont venus casser chez moi. J’avais fermé parce que j’ai des enfants à bas âge qui ne supportent pas toutes ces lacrymogènes. Ils ont embarqué la directrice du système informatique de la mairie, Mme Akoghé Clémentine, et mon petit frère Mbeng Alain alors qu’il n’était même pas pour ce meeting. C’est quelle histoire ça ?», a vociféré une dame exacerbée. Et une autre jeune dame d’ajouter, «on a aussi pris mon petit frère alors qu’il mangeait à la maison. C’est un petit qui ne s’intéresse pas à tout ça. Il s’appelle Ovono Obiang Carly  et il est en 3e au lycée Mabignat. Où vais-je le retrouver ?»

Ancienne Sobraga le 15 août 2012 - © Gabonreview.comLes manifestants ont fini par se retrouver coincés entre les forces de l’ordre en provenance de la zone du Sénat et celles qui s’étaient stratégiquement rétractées au commissariat de Nkembo. Là, dans cette souricière, la manifestation a enfin été dispersée grâce à des tirs divers, surtout de grenades lacrymogènes et assourdissantes mais aussi par la poursuite des manifestants dans le dédale des pistes et ruelles adjacentes à l’artère principale des Cocotiers.

Ancienne Sobraga le 15 août 2012 - © Jordan/Gabonreview.com

Cocotiers le 15 août 2012 - © Gabonreview.comEn termes de bilan, on a enregistré la démolition de plusieurs véhicules et l’incendie d’une camionnette sur le trajet des manifestants. Si la station service du carrefour Nkembo a échappé à l’incendie que voulaient y provoquer les manifestants, une pompe à essence y a été renversée tandis que les vitres des véhicules qui y étaient stationnés ont été cassées. Alors que l’AFP a fait état d’une dizaine de blessés, Zacharie Myboto, président de l’UN, qui a organisé  un point presse dans la soirée, a parlé, lui, de plusieurs dizaines de blessés grave. Il a indiqué l’enregistrement de trois morts dont il a décliné les identités ainsi que les lieux et hôpitaux de décès.

Rappelant qu’aucun fait déplorable n’avait été enregistré à la suite du meeting donné par l’UN le 21 juillet, de même qu’aucun débordement n’a été noté lors de la manifestation organisée pour l’accueil d’André Mba Obame le 11 août dernier, Zacharie Myboto a déploré «l’irresponsabilité du pouvoir». De même, il a estimé que l’UN, parti politique dissout, ne pouvait, du fait de ce statut, demander l’autorisation d’effectuer son meeting. Ce pour quoi il était sûr d’essuyer une fin de non recevoir.

 
 

23 Commentaires

  1. CLG dit :

    C’est tout simplement irresponsables pour les autorités (illégitimes d’ailleurs) d’envoyer la police s’interférer à une manifestation pacifique. On peut bien nous brandir la non autorisation du meeting, cela n’excuse pas cette irresponsabilité. Ce régime et le PDG sont habitués avec le sang dans les mains. Un jour, ils paieront de tous ces crimes!

    • Mangondo dit :

      @ogoula denise,
      je ne sais pas si tu es Mitsogo comme moi!
      Mais passe ton chemin les Gabonais ont dit qu’ils préfèrent un MBA OBAME, un KOMBILA, un MYBOTO, un OGOULIGUENDE, MASSADE au pouvoir que d’avoir des étrangers qui contrôlent le pays c’est simple à comprendre.
      MBA OBAME est GABONAIS.

      • ogoula denise dit :

        M. MANGONDO,

        Je suis très déçue que vous puissiez ramener le débat à un niveau de zéro reflexion en évoquant des histoires de nationalité ou d’ethnie. Je pense que vous etes un tribaliste sauf votre respect parce que nous voyons des faits concrets qui sont exécutes par ce fameux étranger comme vous le dite.

        Nous voulons des idées constructrices et non des appels à la violence, la haine et la division, vous etes paisiblement chez vous quand des freres sont en ce moment en prison et votre leader occasionne la casse, le pillage et d’autres choses qui retardent des gabonais qui ne sombre pas dans l’oisivité.

        Je réitère que je ne suis pas pédégiste et je pense pas que je le saurai un jour mais pensez vous que la démarche de MBA OBAME soit la meilleure. Puisque vous etes solidaire aux inepties bon vent.

        • Rare Gabon dit :

          Mais en quoi la démarche de Mba Obame est-elle reprochable? Faire un meeting n’a jamais été dangereux que si les forces du désordre s’interposent comme dans les régimes policiers. Si, comme lors du meeting de l’UN dernièrement et lors de l’arrivée de Mba Obame, la police ne s’était pas mise à réprimer, il n’y aurait rien eu de tout ça. Le meeting aurait encore été un non-évènement et les gens seraient rentrés eux tranquilles. La faute est donc celle des gens qui ont envoyé leurs nervis frapper. Faut pas attribuer tous les péchés d’Israel à ceux dont le seul reproche est de s’opposer. A vous entendre, il fait croiser les bras et attendre le bon Dieu. Quel peuple…

  2. saydou kan dit :

    … des morts, c’est ce qu’ils souhaitaient et attendaient impatiemment pour avoir plus de matière a gesticuler de plus bel et tant pis pour les familles de ces pauvres bougres qui auront servi d’appâts…
    Vraiment dommage cette manière de faire la politique !

  3. ogoula denise dit :

    Mais nous gabonais nous avons la mémoire courte, c’est ce fameux moise qui mettait les batons dans les roues de myboto pour la création de l’ugdd, c’est encore le meme qui a tant manigancé avec le pouvoir qu’il conteste aujourd’hui pour reduire le peuple gabonais dans la pauvrété totale.

    je ne suis pas du parti au pouvoir mais quelle opposition devons nous soutenir, ce sont nos freres et soeurs qui ont été interpéllé et sont en prison et moise est paisiblement chez lui et sachons qu’en cas de, il prendra tranquillemnt sont avion pour la france.

    Je pense que nous devons mener des combats pour y placer des bonnes personnes à la tete de notre etat et pas des scélérats qui se servent du peuple et se retrouve la nuit dans leur lieu occulte et sont plus frere que jamais.

    ali et andré c’est bonnet blanc et blanc bonnet, tabac de la meme pipe et surtout la meme fumée.

    • Je suis entièrement d’accord avec vous mais vous oubliez une chose l’Homme est imprévisible. A titre de rappel Macky SALL a été le poulain de Wade, Blaise Compaoré était le frère de SANKARA, Obiang Nguéma était le neveu de Macias je pourrais vous citer tant d’autres exemples pour vous signifier ceci crains plutot ton frère avec qui tu manges aujourd’hui dans la même assiette que ton pire ennemi car il connait tout de toi contrairement à ton adversaire. Entre nous pensez vous que tous les Pédégistes acceptent les actes posés par le pouvoir? Est ce le fait d’avoir été dans un gouvernement que l’on ne peut plus s’opposer aux actes négatifs qu’il pose ? Je ne le pense pas. En résumé à vous lire, il est impossible à un fils de s’opposer à son père ou à sa mère? Je parierais au moins ma tête à couper que vous l’aviez au moins fait dans votre vie. AMO a demandé pardon au peuple gabonais lors de la campagne présidentielle en 2009. Il a obtenu ce pardon. AMO est conscient qu’il ne fera pas le coup de MBA abessolo car le peuple le suit à la loupe. Un dérapage ou trahison de sa part sera son suicide physique purement et simplement. Nous ne sommes plus des béni oui-oui, pire des moutons de Panurge.

  4. ni lire ni écrire dit :

    Ce n’est pas en recherchant l’affrontement qu’on fait avancer le dialogue. Mba Obame, ancien ministre de l’intérieur est justement celui a qui il faudrait adresser les reproches pour le passé.

  5. Luc Lemaire dit :

    Suite a de très nombreux commentaires dont le contenu est injurieux ou accusatoire, nous rappelons qu’il s’agit ici d’un espace de commentaires et non d’un forum. Nous ne pouvons valider des commentaires insultants, pas plus que ceux qui accusent sans preuves certaines personnalités publiques en les traitant d’assassins ou de voleurs. La loi est claire à ce sujet : toute personne non condamnée est présumée innocente et nous nous devons de rester dans la légalité.

    Enfin, nous ne pouvons valider non plus des commentaires appelant au meurtre, à la violence ou à la fomentation d’émeutes, de quelque camps qu’il proviennent.

    Nous appelons donc nos lecteurs à faire preuve de retenue et de respect dans leurs commentaires, la forme ayant autant d’importance que le fond. Tous ceux disposant d’informations sérieuses qu’ils aimeraient nous voir publier peuvent le faire grâce au formulaire de contact (https://www.gabonreview.com/contact-2/). Après validation et vérification par nos journalistes, nous pourrons éventuellement en faire un article.

    Merci à tous.

    • inongo Ayile dit :

      Avant ta réaction qui ne sert qu’à protéger ton affaire où est le coomuniqué in extenso du point de presse de Myboto? En bon journaliste n’auriez vous pas gagné à enquêter et voir qui de Myboto ou de Ndongou ment. On voit très bien que sur la question vous restez évasif mais vous corroborer pleinement le contenu du communiqué du gouvernement qui dit qu’il n’y a aucun mort. Il semble bien que c’est à ce niveau que devrait s’attiser la curiosité de tout bon journaliste. J’espère que vous le dire ne relève pas de l’insulte. Vous pouvez publier ma réaction si cela vous dit. Ou bien la censurer si elle heurte la survie de votre “papier” en ligne.

      • Luc Lemaire dit :

        Monsieur Myboto n’a pas fait un communiqué mais une déclaration. D’autre part, une enquête prend du temps. Laissez-nous chercher puisque personne ne veut fournir de preuves !

      • Boukoubi Maixent dit :

        @Inongo Ayila. Faut pas trop demander aux autres. Gabon Review fait déjà beaucoup dans un tel contexte pour passer le message du peuple gabonais. Vous ne souhaitez quand même pas que la clique à la solde d’Accombessi vienne interdire cet espace de liberté non ? Regardez comment ils ont incendié les émetteurs de TV+ et vous verrez que nous avons intérêt à soutenir Gabon review.
        Sans polémique

  6. jolifa dit :

    pourquoi l’afrique doit toujours reculer lorsqu’on cherche a devenir comme les autres, en tout cas nous ne voulons plus ça, que sa soit ceux qui ont le pouvoir ou l’opposition, ils doivent savoir qui ne dirigent pas le mouton, nous voulons un Gabon qui gagne qui permettra à contribuer à l’afrique gagnant, alors q’il faut casser, briller ou detruire ce qu’on a alors, nous recullons au lieu d’avancer, peuples gabonais ne faissons pas la politique mais reflechissons ensemble pour le developpement de notre Gabon. Que Dieu benisse notre pays

    • Boukoubi Maixent dit :

      Voilà un qui ne dir rien. Si la France n’avait pas fait 1989 on en serait pas là. Si Mandela n’avait pas mené le lutte, y compris avec les armes, on serait toujours sous l’apartheid. Pour que le Gabon gagne il faut que Mborantsuo comprenne que c’est le peuple qui élit le président et pas elle….. Voilà le noeud du problème….

  7. kevazingo garnett dit :

    mr Ndongou,amo,ella ekogha,rose regombé,mborantsuo,ali,mba paul,psteur mbadinga(bethani),piébi gaetan,Nguey,jocktane,tomo hernest,ella mintsa david(rtg),assele dabany,cama dabany,ntoutoume emane,nzouba,oye mba(cam),amusez avc c pays cmme vous l faites,mai sachez k vs rpondrez bientot de vos actes.

  8. Saviez vous combien de français sont morts pour obtenir en 1789 du pain pour tous les citoyens français en 1789, saviez vous combien de personnes ont sacrifié leurs vie lors de la guerre de cessecion pour abolir l’esclavage, combien d’africains ont été sacrifiés en Afrique du Sud pour lutter contre l’Apartheid, combien des millions de personnes sont mortes pour lutter contre Hitler. Je pense que si les autres nations avaient croisé les bras face à Hitler je pense que nous les noirs n’existerions plus car son objectif était de créer la race arienne composée rien que de blonds. Comment dialoguer pacifiquement avec des brutes, la violence appelle la violence. Plus enrageant c’est quand ce pouvoir nie la mort des compatriotes mème JESUS n’aurait pas accepté qu’on massacre ses disciples sans rien dire. Nous voulons un pays où il y fait bon vivre que chacun ait un boulot que les forces de l’ordre nous protège au lieu de nous prendre des cibles à abattre. Les manifestants de l’assemblée nationale pourquoi n’avait il pas été pourchassé quand on sait que ceux ci n’avaient pas d’autorisation de JFN? Si je comprends bien la loi est faite pour les autres les faibles qui doivent la subir franchement?

  9. deans dit :

    C’est bizarre!! l’arrivée de Mba Obame était un non évènement, mais aujourd’hui tout le monde viens gesticuler à radio Gabon!!! retenez-vous messieurs !!!! de quoi avez vous peurs au juste?

  10. Encore eux dit :

    Un mec qui a pillé dans les coffres de l’Etat depuis plusieurs années revient aux pays pour jouer les blancs saints, désolé, je suis Fang comme lui mais c’est pas ma tasse de thé. et les analphabètes viennent pour le soutenir. sur quelle base? OOh pitié pour mon cher pays le Gabon, virez nous de ces vendeurs de rêves.

    • Le fils de la Veuve dit :

      @Encore eux. Cet argument-là est un peu usé non ? Cherchez autre chose en lien avec les évéments depuis la mort d’Omar Bongo car, le 30 août 2009, le peuple gabonais a dit ouvertement ce qu’il pensait de l’action de Mba Obame aux côtés d’Omar Bongo…. Ce peuple a clairement dit qu’il acceptait de donner à Mba Obame une seconde chance…. Que vous le vouliez ou non, ne fut-ce que le fait qu’il ait été un des principaux acteurs de la présidentielle de 2009 montre que cet argument n’a pas de poids véritable, que le peuple sait bien que le vrai responsable de la situation se nomme Omar Bongo et avec lui sa famille….

      • Encore eux dit :

        @ Le fils de la Veuve. Si vous avez su bien lire entre les lignes, vous aurez su que je parlais de faire le ménage dans les deux côtés et de laisser la place aux nouveaux hommes, car selon moi, les deux côtés du bord politique sont tous pourris! Ils ont pillé le pays et leur place, c’est dans une prison!!!
        Ainsi, nous avons besoins des nouvelles personnalités politiques, qui ont l’amour pour la patrie et non l’amour pour s enrichir sur les impôts du contribuables gabonais. Ben Moubamba, par exemple est une personne qui peut incarner cette nouvelle génération d’homme politique (Nouveau) gabonais. Il a une vie agréable en France, il pouvait bien y rester, mais sa conscience moral et ses pensées l’ont emmené à dire que son avenir se lisait dans son pays d’origine, le Gabon.

        Mais bon, comme je l’ai dit, tant qu’il y’a toujours les analphabètes dans notre pays, le pays restera ainsi.
        A bon entendeur..

  11. La nation dit :

    Amo a commi du mal dans le passé ,on lui a accordé ce pardon il est devenu le plus crédible devant la population.je vais lui voter en 2016

  12. Adrien Engone dit :

    Mais nous gabonais nous avons la mémoire courte, c’est ce fameux moise qui mettait les batons dans les roues de myboto pour la création de l’ugdd, c’est encore le meme qui a tant manigancé avec le pouvoir qu’il conteste aujourd’hui pour reduire le peuple gabonais dans la pauvrété totale.

    je ne suis pas du parti au pouvoir mais quelle opposition devons nous soutenir, ce sont nos freres et soeurs qui ont été interpéllé et sont en prison et moise est paisiblement chez lui et sachons qu’en cas de, il prendra tranquillemnt sont avion pour la france.

    Je pense que nous devons mener des combats pour y placer des bonnes personnes à la tete de notre etat et pas des scélérats qui se servent du peuple et se retrouve la nuit dans leur lieu occulte et sont plus frere que jamais.

    ali et andré c’est bonnet blanc et blanc bonnet, tabac de la meme pipe et surtout la meme fumée.
    Ce n’est pas en recherchant l’affrontement qu’on fait avancer le dialogue. Mba Obame, ancien ministre de l’intérieur est justement celui a qui il faudrait adresser les reproches pour le passé.
    Un mec qui a pillé dans les coffres de l’Etat depuis plusieurs années revient aux pays pour jouer les blancs saints, désolé, je suis Fang comme lui mais c’est pas ma tasse de thé. et les analphabètes viennent pour le soutenir. sur quelle base? OOh pitié pour mon cher pays le Gabon, virez nous de ces vendeurs de rêves.

    • Le fils de la Veuve dit :

      @Adrien Engone. Par pitié, un peu d’originalité s’il vous plaît. depuis trois ans, cet argument a été ressassé sans succès. Et les pays comme le Sénégal nous porouve que cet argument ne tient pas… Pardon, faisons avancer la débat, pardon….

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW