HABANA

 

Le protocole de reprise des cours au sein des universités et grandes écoles a été validé par le gouvernement en vue d’une reprise des cours, dès le 13 juillet, pour une frange d’étudiants gabonais. Il ne reste donc plus que la mise à disposition des moyens financiers. Le 3 juillet, le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale a présidé une réunion à cet effet.

Le Premier ministre et ses collaborateurs le 3 juillets. © Primature-Gabon

 

Au Gabon, le protocole de reprise des cours au sein des universités et grandes écoles a été validé par le gouvernement. Présenté le 6 juin par le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur et réitéré le 30 juin par le ministre de l’Enseignement supérieur, ledit protocole prévoit une première phase de reprise du 13 juillet au 9 août et une seconde phase du 14 septembre au 30 décembre pour clôturer l’année académique 2019-2020. Pour discuter des modalités pratiques de cette reprise, le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale a présidé, le 3 juillet, une réunion. «Monsieur le Premier ministre qui tient personnellement à superviser le processus de reprise des enseignements dans l’Enseignement supérieur, a tenu à présidé cette réunion et à inviter l’ensemble des acteurs impliqués dans sa mise en œuvre», a déclaré à l’issue de la rencontre, le ministre de l’Enseignement supérieur.

La réunion était particulièrement consacrée à l’examen du budget mis à la disposition des universités et grandes écoles du Gabon dans le cadre de la reprise des activités académique et, pour Jean De Dieu Moukagni Iwangou, «la présence du ministre en charge du Budget, du trésorier payeur général et du directeur général adjoint du Budget montre bien que nous allons sur le territoire des moyens».

Si la somme allouée pour cette reprise n’a pas été dévoilée, la manne financière devrait servir à solutionner la question du règlement des vacations, sans lesquelles les enseignants chercheurs n’entendent pas reprendre les cours, mais aussi, les autres besoins en cette période de crise sanitaire. «C’est la preuve que l’Etat entend mobiliser les moyens nécessaires pour faire face aux charges», a indiqué le ministre de l’Enseignement supérieur soulignant que «ce sera une fois de plus progressif également». «Nous avons été instruits par le Premier Ministre de tout mettre en œuvre pour que le 13 juillet les conditions minimales soient prêtes pour une reprise des cours», a-t-il conclu.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Makita dianga Alex dit :

    Bonjour voici un décourager des nombreux famille dans notre pays le Gabon pour la situation du bpc où les élèves ont payé les frais des dossiers au trésor public est il sera possible de récupérer l’air argent oui ou non que fais le gouvernement a c’est problème.

Poster un commentaire