TATIE

L’ambassadeur du Gabon en France, Liliane Massala, a reçu, le 23 novembre, à Paris, le ministre des Affaires sociales et des Droits de la femme, Prisca Nlend Koho. Cette dernière se trouve dans la capitale française où elle assiste, du 24 au 27 novembre, au lancement du Fonds de solidarité de la Francophonie avec Elles.

Le ministre des Affaires sociales et des Droits de la femme, Prisca Nlend Koho, échangeant, le 23 novembre 2020, avec l’ambassadeur Gabon en France, Liliane Massala. © D.R.

 

Présente à Paris dans le cadre du lancement du Fonds de solidarité de la Francophonie avec Elles, à l’invitation de la Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Louise Mushiwabo, le ministre des Affaires sociales et des Droits de la femme, Prisca Nlend Koho, a été reçue, le 23 novembre, par l’ambassadeur du Gabon en France, Liliane Massala. Selon la Communication de la représentation diplomatique gabonaise, la rencontre entre les deux dames a porté sur la nécessité d’une véritable politique de protection sociale et de prise en charge médicale des personnels diplomatiques. Elles ont également évoqué la question du suivi des évacuations de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie (Cnamgs) et le retard des versements des pensions des retraités de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) des expatriés ou des Gabonais résidant en France.

Elles ont émis le souhait d’envisager une convention entre les ministères des Affaires étrangères et des Affaires sociales, pour le profil des personnels du social nommés dans les ambassades et la nécessité pour ces deux départements de collaborer pour le financement de l’action sociale. Cet horizon vise à apporter des réponses efficientes en matière d’aide sociale, d’assurer un accompagnement aux compatriotes en situation de précarité et un soutien conséquent aux associations gabonaises à caractère humanitaire.

Le membre du gouvernement s’est engagé à instruire son cabinet et les principaux responsables des entités sous tutelle pour le suivi de l’ensemble des préoccupations soulevées et pour servir d’interface entre les différentes instances de décision.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire